Du Pop Art à Mons, avec Peter Saul

Peter Saul, "Captain Crime", 1962, huile sur toile, 160 x 120 cm, inv. APC 1403. Collection BAM, Donation Duvivier, conservée à l’Artothèque, Mons.
4 images
Peter Saul, "Captain Crime", 1962, huile sur toile, 160 x 120 cm, inv. APC 1403. Collection BAM, Donation Duvivier, conservée à l’Artothèque, Mons. - © Fédération Wallonie-Bruxelles

Les musées sont ouverts ! Pour vous faire découvrir leur patrimoine, on vous raconte l’histoire de ces chefs-d’œuvre de nos collections muséales pourtant méconnus.

Dans la collection du BAM, à Mons, se trouve un petit chef-d’œuvre d’un des grands noms du Pop Art, l’Américain Peter Saul. Découvrons ensemble cette œuvre méconnue du public, mais qui est pourtant le témoin de l’évolution d’un mouvement artistique.

 

Peter Saul, le Pop Art dénonciateur

Le nom de Peter Saul ne vous dit peut-être rien. Il faut dire qu’à côté des grosses pointures du Pop Art que sont Andy Wharol et Roy Lichtenstein, son travail est moins connu du grand public. Pourtant, Peter Saul a eu une grande influence sur des mouvements culturels et sociaux, comme le graffiti ou le punk.

Né en 1934 à San Francisco, Saul commence sa carrière artistique dans les années 1950 à Paris, bien loin de l’Amérique, berceau du Pop Art. Il partage pourtant les mêmes thématiques que le courant bien connu, en étant cependant plus critique, et en dénonçant plus durement la société consumériste. Dans ses œuvres, il pratique l’art du contre-pied et de la diversion, il peint les symboles de la société de consommation et s’amuse à les ridiculiser en les déformant, alliant humour, grotesque et politique.

Dans certaines de ses œuvres, apparaissent des symboles récurrents comme le dollar ou la hache. Il n’hésite pas à s’inspirer d’autres œuvres archi-connues, comme La Ronde de Nuit de Rembrandt ou Guernica de Picasso. Les couleurs criardes et les distorsions surréalistes de ses tableaux dépeignent des thématiques fortes comme la guerre du Vietnam, la lutte pour les droits civiques, la malbouffe, etc. Saul, à 86 ans, est toujours actif. De nombreuses expositions lui sont consacrées et il est présent dans les plus grands musées d’art contemporain. Il continue à peindre des sujets d’actualités avec son mordant habituel.

Déjà exposé au Delta, à Namur, l’été passé, Peter Soul est un artiste apprécié des musées belges. Christine Pinchart l’avait rencontré pour l’occasion.

Un tableau américain dans une collection belge

Parmi certaines de ses œuvres réputées, figure Captain Crime (1962), un tableau où le personnage central est un Donald Duck transfiguré portant une hache. Autour de lui, flottent des formes colorées qui figurent d’autres personnages, également armés. La composition est complexe, car il est difficile de différencier le héros du criminel. Les formes et les couleurs s’entremêlent, seule l’arme du "crime", la hache, ressort vivement à nos yeux.

Mais comment une œuvre de Pop Art d’un artiste américain s’est-elle retrouvée dans la collection permanente d’un musée belge ? On doit l’acquisition du tableau aux époux Duvivier. Ces fervents collectionneurs, ont accumulé par moins de 600 œuvres, aujourd’hui propriétés de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Tous deux ont fonctionné au coup de cœur pour accumuler cette impressionnante collection. Des œuvres d’art internationales, couvrant la période des années 1950 à 1990, ont ainsi été rassemblées par leurs soins.

L’arrivée d’une partie de la collection Duvivier en dépôt permanent au BAM a donné une nouvelle impulsion internationale au musée, jusqu’alors essentiellement dédié aux artistes de la région.

Peter Saul est exposé aux côtés de Roy Lichtenstein, dans les salles de l’Artothèque, pour présenter les différentes facettes du Pop Art. Ensemble, les deux artistes montrent l’évolution du mouvement, qui se différencie en fonction de l’endroit où ils ont peint, en exploitant les mêmes thématiques et revendications.

Le musée est ouvert !

Pour admirer le tableau de Peter Soul, ainsi que d’autres grands noms de l’art contemporain, rendez-vous à Mons.

L’Artothèque est ouverte du jeudi au dimanche de 10h à 16h. Cliquez ici pour réserver en ligne.

Quant au BAM, vous pouvez le visiter du mardi au dimanche de 10h à 18h. Il accueille actuellement, et jusqu’au 18 avril, la grande exposition consacrée à Roy Lichtenstein, à ne pas manquer. Cliquez ici pour réserver en ligne.

► A lire aussi : Le BAM sauve sa grande expo Roy Lichtenstein