Des pièces d'exception du bijoutier Wolfers présentées pour la première fois aux MRAH

Les Musées Royaux d'Art et d'Histoire (MRAH) ont présenté mardi leur nouvelle salle d'exposition "Horta Wolfers", du nom des joaillers Wolfers Frères. Près de 80% de la collection dédiée à l'orfèvre belge Philippe Wolfers et à son fils Marcel, sculpteur et artiste-peintre, est inédite.

L'exposition est le fruit d'une collaboration avec la Fondation Roi Baudouin, qui a rassemblé la collection art nouveau-art déco en partenariat avec les descendants de la famille Wolfers.

Le magasin Wolfers, dessiné par Victor Horta et inauguré en 1912 rue d'Arenberg, a été reconstitué à l'identique pour l'occasion sur base d'une unique photo de la même année et d'un reportage de 1971.

Cette nouvelle salle retrace d'une part l'histoire de la maison Wolfers et présente d'autre part une collection historique d'objets d'art nouveau et décoratif belge. On y retrouve entre autres le célèbre pendentif "Libellule" (1903) de Wolfers père et le bijou "Cygne et serpents" (1899), créé pour son épouse, dont le portrait fait face aux vitrines d'époque.

Celles-ci abritent de la vaisselle, des tissus mais aussi des sculptures, comme "La Vigne" de Philippe Wolfers, qui coûtait quelque 12.000 francs en 1921, soit près de trois fois le salaire annuel d'un fonctionnaire.

La secrétaire d'Etat Zuhal Demir (N-VA), chargée de la Politique scientifique, s'est dite "certaine du succès international du magasin".

La collection est à découvrir au Cinquantenaire jusqu'au 31 décembre 2018, les objets présentés seront ensuite remplacés par d'autres inédits.

 


Belga