Arabie saoudite : après 2000 ans, la cité antique d'Hégra enfin ouverte au public

Surnommée la "Pétra d’Arabie", le site archéologique d’Hégra (Madâin Sâlih en arabe), ne jouit pas de la même notoriété planétaire que le célèbre site jordanien. Et pour cause, son accès était jusqu’à présent strictement restreint. Avec l’ouverture du pays au tourisme, les autorités saoudiennes ont décidé de rendre le site accessible à toutes et tous, une première en 2000 ans.

Hégra est une cité millénaire d’exception, tout premier site saoudien classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, en 2008, et qui s’étend sur 500 ha. Construite par la civilisation nabatéenne (également à l’origine de Pétra) durant l’Antiquité, elle avait un rôle essentiel sur la route des caravanes. Comme sa consœur jordanienne, plus ancienne, Hégra est taillée dans la roche. Les bâtiments, dont beaucoup sont des tombes, étaient entièrement sculptés du haut vers le bas, dans les reliefs escarpés du désert. Point majeur du commerce dans la région, la cité est exceptionnellement bien conservée, malgré ses 2000 ans d’âge, et n’a pas encore livré tous ses secrets aux archéologues.

5 images
Arabie saoudite : après 2000 ans, la cité antique d'Hégra enfin ouverte au public © FAYEZ NURELDINE - AFP

Depuis qu’elle s’est progressivement ouverte au tourisme, l’Arabie saoudite compte sur le site, situé au nord-ouest du pays, pour devenir un atout majeur, inspirée par le succès de Pétra et de la Jordanie. Annoncée depuis 2018, cette ouverture a mis du temps à se mettre en place.


► A lire aussi : L’Arabie saoudite veut une place sur la carte du tourisme mondial


Les premiers visas n’ont été accordés qu’en septembre 2019, le site a accueilli de rares touristes, et la pandémie a depuis sérieusement freiné le projet. Qu’à cela ne tienne, depuis ce mois de janvier 2021, le site accueil ses premières visites, dans l’espoir d’une reprise rapide de tourisme international.

5 images
Arabie saoudite : après 2000 ans, la cité antique d'Hégra enfin ouverte au public © FAYEZ NURELDINE - AFP

Si Hégra n’est pas le seul site au potentiel touristique sur lequel compte le royaume, l’Arabie a mis les moyens pour en faire un point central. Les autorités ont fait appel à l’architecte-star Jean Nouvel pour la construction d’un monumental complexe touristique d’ici 2025, avec la création de logements, d’hôtels et de centres de loisir. Un projet qui pose cependant la question de l’intégrité du site et de l’impact potentiel du tourisme de masse sur sa dégradation.