Plus d'un million de curieux aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique en 2019

L'exposition temporaire consacrée aux peintres Dalí & Magritte a connu un tel succès qu'elle est prolongée jusqu'au 16 février.
L'exposition temporaire consacrée aux peintres Dalí & Magritte a connu un tel succès qu'elle est prolongée jusqu'au 16 février. - © CAROLINE HUSSIN - BELGA

Les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique ont franchi le cap du million de visiteurs en 2019, un record, s’est enthousiasmée l’institution créée en 1801 par Napoléon Bonaparte. Un succès qui s’explique notamment par une revalorisation des collections de Bruegel, de l’école hollandaise et du Musée Magritte, assortie à la bonne fréquentation des expositions temporaires.

"C’est la toute première fois en presque 220 ans d’existence que le musée atteint ce chiffre impressionnant", souligne l’institution. L’année passée, 1 091 280 curieux ont foulé les couloirs des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (MRBAB), soit une hausse de fréquentation de 60,46% par rapport à 2018 (680 089 visiteurs) et une progression de 157,49% par rapport à 2007 (423 310 visiteurs). La barre du million de visiteurs avait toutefois déjà été franchie en 1995 avec 1 044 114 amateurs, lorsque l’entrée était encore gratuite.

2019 fut donc un cru exceptionnel, ce qui s’explique par plusieurs facteurs déterminants, selon l’institution. D’une part, la revalorisation – attendue depuis 15 ans – de la collection permanente de l’école hollandaise, la rénovation de la salle Bruegel pour le 450e anniversaire de la mort du peintre et le 10e anniversaire du Musée Magritte ont attiré de nombreux visiteurs.

D’autre part, les expositions temporaires consacrées à l’artiste multifacettes Wim Delvoye et aux peintres Dalí & Magritte ont connu un succès immense, si bien que la seconde est prolongée jusqu’au 16 février. Plus de 130 000 visiteurs se sont déjà pressés au musée du surréaliste au chapon melon. Le tout est saupoudré d’un essor touristique général dans la capitale, qui a offert une meilleure visibilité à l’offre culturelle bruxelloise, concluent les Musées royaux.