Le musée d'Orsay lui refuse l'entrée à cause de son décolleté

Ce mardi 8 septembre, une jeune femme s’est vue refuser l’entrée du musée d’Orsay à Paris, sous prétexte qu’elle portait un décolleté trop plongeant.

Sur Twitter, une jeune femme a publié une lettre ouverte dans laquelle elle dénonce la manière dont les agents de sécurité du musée d’Orsay à Paris l’ont discriminée pour sa tenue estivale ce mardi 8 septembre. Il faisait plus de 26 degrés à Paris ce jour-là, lorsque Jeanne et son amie décident d’aller au musée. Jeanne porte une robe estivale, avec un décolleté. Son amie un "crop top" qui laisse apparaître son nombril. Les deux jeunes femmes étaient à mille lieues d’imaginer ce qui allait leur arriver une fois passées la porte du musée.

Mon désir en cette fin de journée est d’aller au musée d’Orsay, bien loin de me douter que mon décolleté sera un sujet de discorde.

La jeune femme est recalée à l’entrée par une agente de sécurité du musée chargée de gérer la file du contrôle des réservations. L’agente lui aurait dit "ah non ça ne va pas être possible ça, ce n’est pas possible ça ne passera pas" en fixant son décolleté. Jeanne se retrouve alors face à plusieurs agents de sécurité qui lui expliquent que selon les règles, la jeune femme n’est pas autorisée à entrer dans le musée dans une "telle tenue". Jeanne demande à lire ces règles mais aucune explication claire ne lui est fournie. "Si on doit afficher chaque règle on ne va pas s’en sortir" obtient-elle en guise de réponse. La seule condition pour qu’elle puisse rentrer dans le musée est de se couvrir la poitrine avec une veste. Jeanne finit par obtempérer tout en signalant qu’il est "antidémocratique de me discriminer sur la base d’un décolleté." L’amie qui accompagne Jeanne souligne alors le fait qu’on voit son nombril et qu’à elle personne ne lui dit rien.

Je ne suis pas que mes seins, je ne suis pas qu’un corps. Vos doubles standards ne devraient pas être un obstacle à mon droit d’accès à la culture et à la connaissance.

La jeune femme est alors envahie par un sentiment de honte : "J’ai l’impression que tout le monde regarde me seins, je ne suis plus que mes seins, je ne suis qu’une femme qu’ils sexualisent." Une fois à l’intérieur du musée, Jeanne vite encore plus mal la discrimination dont elle vient d’être victime. En effet, elle croise des visiteurs en marcel, des femmes en dos nus, en brassières, en crop top… "mais toutes minces et avec très peu de seins. Je me demande si on m’aurait laissée entrer sans éclats si j’avais porté certaines tenues de ces femmes que j’ai croisées." Jeanne souligne également que parmi les œuvres visibles au musée d’Orsay il y a énormément de tableaux de femmes nues, de sculptures de femmes nues et d’artistes prôné.es comme engagé.es. C’est en effet dans ce musée que l’on peut par exemple voir le tableau "L’origine du monde" de Gustave Courbet.

"Je questionne la cohérence avec laquelle les représentants d’un musée national peuvent interdire l’accès à la connaissance et la culture sur la base d’un jugement arbitraire qui détermine si l’apparence d’autrui est décente" questionne Jeanne à la fin de sa lettre ouverte publiée sur Twitter. Cette histoire a fait fortement réagir les réseaux sociaux et entre-temps le musée a présenté ses excuses publiquement : "Nous avons pris connaissance d’un incident survenu avec une visiteuse lors de son accès au musée d’Orsay. Nous le regrettons profondément et présentons toutes nos excuses à la personne concernée que nous contactons." Le personnel aurait également été rebriefé sur les fameuses règles mentionnées plus haut, qui n’imposent en réalité, aucune tenue particulière dans l’enceinte du musée.