La Grande Rotonde de l'AfricaMuseum réaménagée dans l'esprit de la décolonisation

Rénovation de la Grande Rotonde de l'AfricaMuseum
7 images
Rénovation de la Grande Rotonde de l'AfricaMuseum - © CHARLOTTE GEKIERE - BELGA

La Grande Rotonde de l'AfricaMuseum qui avait suscité des critiques quant aux efforts de décolonisation du musée, a été réaménagée, indique jeudi la direction du musée. A l'occasion de la rénovation, il avait été question de sortir les statues coloniales des niches de la Grande Rotonde. Mais finalement, les services du Patrimoine avaient rappelé que ces sculptures faisaient partie intégrante du bâtiment classé. Il a dès lors été décidé d'ajouter des éléments pour adapter le message plutôt que d'en supprimer.

plus d'infos sur le site officiel de l'AfricaMuseum

Un concours a donc été lancé à destination des artistes africains ou d'origine africaine pour la création d'une oeuvre d'art qui puisse servir de contrepoids aux statues coloniales. Aimé Mpane, artiste congolais, a été sélectionné par le jury pour son oeuvre "Nouveau souffle ou le Congo bourgeonnant", monumentale statue en bois ajouré qui avait été placée dans la Grande Rotonde peu avant la réouverture du musée en décembre 2018. "Ce projet est parfaitement en accord avec ce que je souhaite faire: aller au-delà du passé, colonial ici, pour apporter une vision d'avenir qui dépasse et fait appel à notre mémoire collective", explique l'artiste. "Je me réfère à la philosophie bantoue, qui est humaniste. L'idée derrière mes œuvres est de pousser la personne qui les regarde à réfléchir".

Mais de nombreux visiteurs faisant part de leur incompréhension face au maintien des statues coloniales et un groupe de travail de l'ONU estimant en février 2019 que la réorganisation du musée n'allait pas assez loin, Aimé Mpane a proposé de placer une seconde sculpture dans la Grande Rotonde. Cette oeuvre, également en bois ajouré, représente le crâne du chef Lusinga, dont la tête fut tranchée par un officiel belge en 1884 avant d'être emportée en Belgique. "Une seule sculpture ne suffisait pas, on remarquait cela à la réaction des visiteurs", affirme Bruno Verbergt, directeur opérationnel des services publics.

Les deux statues en bois qui se font face se réfèrent l'une à la mort et aux violences du passé et l'autre à la dignité et aux promesses de l'avenir. "Elles font résonner quelque chose qui ressort de l'inconscient collectif. Vues de profil, elles ont un côté intrigant", souligne M. Mpane. "On ne peut effacer ou étouffer le passé colonial. Il faut en tenir compte et aller de l'avant."

Pour compléter l'ensemble, Aimé Mpane a fait appel à son collègue belge Jean Pierre Müller pour rejoindre son projet RE/STORE et réaliser un ensemble de 16 voiles semi-transparents, accrochés à distance des statues existantes, et sur lesquels sont imprimées des images contemporaines ou faisant référence à la culture africaine pré-coloniale. "Le musée m'a laissé totalement libre de faire ce que je souhaitais faire, il a respecté ma vision", dit encore Aimé Mpane.

Tous, artistes et responsables du musée, sont convaincus d'avoir fait un pas de plus dans le processus de décolonisation mais sont pour autant conscients qu'ils ne feront pas taire toutes les critiques. "Il y aura toujours des critiques, je ne m'en préoccupe pas", réplique Aimé Mpane.

"Nous sommes très satisfaits du résultat de ce réaménagement", assure Bruno Verbergt. "C'était dans cet esprit-là que nous souhaitions aller. Les statues coloniales sont toujours là -on n'efface pas le passé- mais désormais, on les voit autrement via le filtre des voiles réalisés par Jean-Pierre et Aimé. Les deux artistes proposent de se tourner vers l'avenir, tout en étant conscients du passé. La décolonisation, à mes yeux, n'est pas un projet mais un processus. Un musée doit évoluer avec son époque", affirme encore M. Verbergt.

Une archive "C'est du Belge" sur le travail d'Aimé Mpane