Vues sur Murs, jusqu'au 2 septembre à La Louvière

Ludo collage, Av. Gambetta
9 images
Ludo collage, Av. Gambetta - © Centre de la gravure

L'imprimé dans l'art urbain, une double exposition proposée dans le cadre de La Louvière métropole culturelle 2012. Une modification de l'espace urbain, et une expo dans les murs du Centre de la Gravure et de l'Image Imprimée.

Rencontre avec Olivier Sonck attaché au Service Educatif du Centre de la Gravure

"Les artistes se sont attachés à modifier l'aspect visuel des choses, et quand on se balade dans les rues de La Louvière, on vous jette dans l'oeil si je puis dire, quelques oeuvres réalisées par des artistes présents dans l'exposition."

C'est l'image qui prédomine dans cet espace urbain ?

Le terrain d'investigation de ces artistes c'est la rue. La proposition de notre part, était de les faire entrer dans un musée même si l'art de la rue est plutôt défini comme un art rebelle. Ils se sont pris au jeu, et on a deux types de lecture. Une lecture classique dans les murs du musée, et une autre lecture plus aléatoire qu'on peut découvrir au hasard d'une promenade, même si ces artistes ont choisi le bon endroit, que l'oeuvre soit monumentale ou de plus petit format.

Photos, images, peintures, toutes les formes d'art sont représentées ?

L'expo nous parle de l'imprimé dans l'art urbain, donc oui, images, pochoirs, photos; tout ce qui a rapport à l'imprimé. Il y a par exemple différents types de pochoirs, et je pense au duo italien Sten & Lex qui intègrent littéralement leurs pochoirs dans leurs oeuvres, et qui nous font voir sans doute avec Jef Aérosol, ce qu'il y a de plus imposant dans l'exposition. Le mur fait environ 12 mètres sur douze.

Est-ce l'occasion pour certains artistes de sortir de l'anonymat ?

Certains artistes travaillent depuis longtemps à la marge comme on dit, puisque c'est un art qui a pour définition la rébellion. Un art longtemps assimilé à du vandalisme et cette expo essaie de prouver le contraire. C'est aussi la raison pour laquelle certains ont accepté de participer à cette exposition.

Vous faites une proposition qui est à la portée de tous ?

On a constaté que le public qui vient voir cette expo, est un public différent. Et puis l'écho de l'extérieur, renvoie le public à l'intérieur, cela agit comme du ping-pong.

www.centredelagravure.be pour visualiser les oeuvres et se procurer le parcours guidé.

Christine Pinchart