Vie et mort d'Egon Schiele, portrait sur Arte

Vie et mort d'Egon Schiele, portrait sur Arte
Vie et mort d'Egon Schiele, portrait sur Arte - © Tous droits réservés

Mis à l’honneur à la Fondation Louis Vuitton à Paris, le peintre viennois est aussi l’objet d’un documentaire disponible actuellement sur Arte.

 

Egon Schiele est né en 1890, près de Vienne. Alors qu’il était destiné à suivre les pas de son père dans les chemins de fer, la mort de ce dernier lui permettra de s’inscrire aux Beaux-Arts et le tourmentera profondément dans le même temps. Rejetant l’académisme de ses professeurs, il quitte l’école pour fonder son premier mouvement artistique avec quelques camarades, le Neukunstgruppe. A 17 ans, le jeune Schiele découvre la Sécession Viennoise et rencontre Gustav Klimt, qui deviendra son maître spirituel. Deux ans plus tard, il expose ses premières oeuvres dans un grand rassemblement. Les critiques sont partagées à son égard, beaucoup le jugent dément et obscène. Son trait assuré et noir laisse souvent voir les corps à nu dans des positions parfois suggestives. Egon Schiele peint et dessine des êtres désarticulés et vides, cadavériques, dont lui-même. Après son mariage avec Wally Neuzill, qui fut modèle pour Klimt, il déménage plusieurs fois, ses oeuvres sont encore une fois trop indécentes pour la réputation des quartiers et petites villes. 

 

Schiele a un rapport presque morbide à la sexualité, en témoignent ses dessins et tableaux verdâtres et provocateurs. Juste avant la première guerre mondiale, le talent de l’artiste est enfin reconnu alors qu’il a une vingtaine d’années. De nombreuses galeries l’exposent à Budapest, Cologne, Dresde, Munich, Berlin, Düsseldorf, Bruxelles, Paris et Rome. Alors qu’Egon Schiele semblait s’être apaisé et s’apprêtait à devenir père, sa femme meurt en couche à cause de la grippe espagnole, il mourra quelques jours plus tard de la même maladie. Le documentaire d’Herbert Eisenschenk revient sur la vie tourmentée d’un des plus grands talents autrichiens du XXe siècle.

 

 

Regardez le documentaire “Egon Schiele” (2017) de Herbert Eisenschenk sur Arte ou ci-dessous (disponible jusqu’au 19 novembre 2018) :