Versailles raconte le séjour français du tsar Pierre Le Grand

"Pierre Ier, tsar de Russie" de Jean-Marc Nattier (1717)
7 images
"Pierre Ier, tsar de Russie" de Jean-Marc Nattier (1717) - © Musée de l'Ermitage, Saint-Petersbourg, 2017

Du 30 mai au 24 septembre 2017, le Grand Trianon à Versailles commémorera le tricentenaire de la visite du tsar, en France, à Paris et ses environs.

Alors que l'année 2017 a vu nombre d'expositions marquant le centenaire de la Révolution russe, au Moma à New York, à la Tate Modern et à la Royal Academy à Londres ou encore à l'Hermitage d'Amsterdam, le Grand Trianon à Versailles fête aussi la Russie en célébrant le 300e anniversaire de la venue en France du Tsar Pierre Le Grand.

Une célébration qui se traduit à travers l'exposition "Pierre Le Grand, un tsar en France. 1717". Celle-ci est le fruit d'une collaboration entre le château de Versailles et du célèbre musée russe de l'Ermitage. Elle présentera près de 150 oeuvres dont des peintures, des sculptures, de pièces d'art décoratif, mais aussi des médailles, des plans, des livres et manuscrits ainsi que des instruments scientifiques.

Cette présentation suivra pas à pas le séjour souverain russe, du 21 avril au 21 juin 1717. Logé au Grand Trianon lors de son passage, le fils du tsar Alexis Mikhaïlovitch voyait dans ce voyage des visées politiques et économiques, mais aussi une source d'inspiration. Ce tsar réformateur souhaitait voir ce qu'il y avait de plus remarquable dans le royaume de France, pour l'adapter dans son empire et inspirer les travaux qu'il entreprenait depuis 1703 à Saint-Pétersbourg.

"Pierre Le Grand, un Tsar en France. 1717" évoquera aussi le passage de Pierre Le Grand à la cour de France et ses entrevues avec le jeune Louis XV et le régent du royaume de France, Philippe d'Orléans. Il sera aussi question du goût du tsar pour les institutions et productions scientifiques et techniques françaises, mais aussi des peintres hexagonaux comme Louis Caravaque et Jean-Baptiste Oudry. Seront aussi évoqués les jardins de Marly et de Trianon, qui laissèrent à Pierre Le Grand un souvenir flatteur.