Une rétrospective Yves Klein à la Tate Liverpool

Yves Klein, 1928-1962, "Anthropométrie sans titre (ANT 84)"
6 images
Yves Klein, 1928-1962, "Anthropométrie sans titre (ANT 84)" - © Yves Klein, ADAGP, Paris / DACS, London, 2016

Du 21 octobre au 5 mars prochains, la Tate Liverpool présente une exposition consacrée à Yves Klein. C'est la première rétrospective de l'artiste français au Royaume-Uni depuis plus de 20 ans. 

Né en 1928 à Nice, de Fred Klein, un peintre figuratif, et de Marie Raymond, une peintre abstraite reconnue, Yves Klein est resté célèbre pour son audace, dans son art tout comme dans sa vie, qui a préfiguré des mouvements tels que l'art conceptuel ou le minimalisme. Dans les années 1960, il a contribué à fonder le mouvement du Nouveau Réalisme. C'est d'ailleurs dans son atelier parisien qu'a été signée la Déclaration constitutive du Nouveau Réalisme en compagnie d'artistes comme Arman, François Dufrêne, Raymond Hains, Martial Raysse, Daniel Spoerri, Jean Tinguely et Jacques de la Villeglé. Embrassant de nombreuses disciplines au cours de sa carrière, de la peinture à la sculpture en passant par la photographie, Yves Klein s'est souvent exprimé par la couleur pure. Il est notamment connu pour son pigment emblématique, l'International Klein Blue (IKB), que la Tate décrit comme "un bleu outremer caractéristique, capable de transmettre un puissant sentiment de profondeur et d'espace à la surface de l'œuvre".

Le peintre a déposé la formule de son pigment, qui inclut un certain volume de "Rhodopas MA", un mélange d'alcool éthylique et d'acétate d'éthyle, pour lequel il a obtenu un brevet. En variant la concentration du pigment et le type de solvant, la peinture peut ainsi être appliquée avec un pinceau, un rouleau ou un pistolet pulvérisateur.

L'année 1957 a marqué le départ de la période bleue de l'artiste, célébrée par un lâcher de 1001 ballons bleus dans le ciel de Paris, signalant l'inauguration de son exposition. La première fois qu'Yves Klein a exposé une salle remplie de monochromes bleus, il en a vendu un à Lucio Fontana, peintre faisant partie du mouvement italien "Arte Povera".

"Il n'y a que de la couleur bien UNIE", a-t-il dit de ses monochromes. "En quelque sorte la dominante envahit tout le tableau. Je cherche ainsi à individualiser la couleur, car j'en suis venu à penser qu'il y a un monde vivant de chaque couleur et j'exprime ces mondes."

Il a alors adopté la devise: "Pour la couleur! Contre la ligne et le dessin!".

L'artiste est mort d'une crise cardiaque, à 34 ans à peine, le 6 juin 1962. L'exposition de la Tate Liverpool, organisée par le commissaire Darren Pih, rassemble trente de ses œuvres essentielles n'ayant jamais été montrées au Royaume-Uni ainsi que certaines de ses célèbres Anthropométries (pour lesquelles des modèles nues ont servi de pinceaux vivants), de ses Peintures Feu (des toiles pyrotechniques peintes au lance-flammes), de ses Sculptures Éponges, de ses photographies de cascades et de ses monochromes.