Une première au Mauritshuis à La Haye: peintures hollandaises provenant des "Trust Houses"

Aelbert Cuyp (1620-1691)  View of Dordrecht from the North, c.1655
6 images
Aelbert Cuyp (1620-1691) View of Dordrecht from the North, c.1655 - © National Trust, Ascott House, Buckinghamshire – The Anthony de Rothschild Collection

Le "Mauritshuis", appelé aussi "Cabinet royal des peintures" car il conserve des pièces de la Collection royale des Pays-Bas, est l'un des musées les plus visités à La Haye. A mesure humaine, il dispose toutefois d'une collection de toiles des plus grands maîtres hollandais et flamands. On pense ici, entre autres, à Johannes Vermeer, Jan Brueghel, Anthony Van Dyck, Rembrandt, Pierre-Paul Rubens ou encore Jan Steen.

Cette fois, et plus précisément du 11 octobre au 6 janvier prochains, le musée accueille une exposition temporaire, une grande première, puisqu'il s'agit de peintures réalisées au 17e siècle par des artistes hollandais, de renom pour la plupart, et qui ont été acquises au 18e et 19e siècles par des membres de la noblesse anglaise soucieux d'"illuminer" l'intérieur des superbes résidences situées sur leurs immenses propriétés rurales.

Il s'agit aujourd'hui de propriétés gérées par le "National Trust", une association caritative qui a en charge les monuments et résidences historiques en Angleterre, au Pays de Galle et en Irlande du Nord.

Les grandes familles anglaises s'intéressaient plus particulièrement aux paysages, portraits (autoportraits), natures mortes, motifs religieux, ou autres scènes de genre ou historiques. L'exposition proposera aux visiteurs des œuvres de 22 maîtres hollandais tels Rembrandt, Aelbert Cuyp, Pieter Saenredam, Jan Steen, Jan Lievens, Meindert Hobbema, Melchior d'Hondecoeter, Cornelis De Heem, Gerard Ter Borch et Gabriël Metsu, mais aussi d'artistes moins connus tels Jan De Baen, Peter Lely et Adriaen Van Diest. Elle démontre, en quelque sorte, l'immense popularité des artistes du "Siècle d'Or" néerlandais.

Mais la collection permanente vaut très certainement aussi une visite attentive. On y retrouve, en effet, quelque 200 toiles dont des chefs-d'œuvres mondiaux, comme, par exemple, trois des trente-cinq toiles répertoriées de Johannes Vermeer, à savoir "La jeune fille à la perle", "Diane et ses compagnes" et "Vue de Delft", sans oublier, par ailleurs, "La Leçon d'Anatomie" de Rembrandt ou encore "Le Jardin d'Eden" de Jan Brueghel.