Une formation inédite en patrimoine culturel immatériel lancée en mars

Le carnaval de Binche, reconnu en 2003 par l'UNESCO comme chef-d'œuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité.
Le carnaval de Binche, reconnu en 2003 par l'UNESCO comme chef-d'œuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité. - © ERIC LALMAND - BELGA

Les universités de Liège et de Namur s'associent pour proposer une nouvelle formation en gestion du patrimoine culturel immatériel, annoncent-elles vendredi. Une première en Fédération Wallonie-Bruxelles, qui a pour objectif de former à la collecte, à la transmission et à la valorisation de ce patrimoine.

À partir du mois de mars, les personnes diplômées de l'enseignement supérieur (ou pouvant justifier une expérience pertinente d'au moins cinq ans) pourront suivre une formation interuniversitaire en gestion du patrimoine culturel immatériel.

Ce certificat est construit autour de cinq modules (aspects territoriaux et historiques, cohésion sociale, muséologie, méthodologie, enjeux économiques, juridiques et socio-historiques) et sera dispensé par une vingtaine de professeurs.

Les universités de Namur et de Liège se sont associées pour proposer ce nouveau module inédit en Fédération Wallonie-Bruxelles, mais qui existe déjà en Flandre, en France et dans d'autres pays, notamment asiatiques.

Selon une définition établie par l'Unesco en 2003, le patrimoine culturel immatériel désigne les expressions orales, arts du spectacle, pratiques sociales, rituels, connaissances et savoir-faire.

L'objectif de la formation est d'aider à identifier ce patrimoine et à prendre conscience de sa valeur culturelle et sociale. Selon l'ULg, des projets d'inventaire, de préservation, de collecte, de transmission ou encore de valorisation pourront ainsi être développés, par exemple pour exprimer l'identité d'un terroir ou affiner l'offre touristique d'un territoire.

"Sur le terrain culturel, de nombreux acteurs sont confrontés à des situations qu'ils ne maîtrisent que difficilement, faute d'un bagage théorique et méthodologique adéquat", souligne dans un communiqué André Gob, professeur en muséologie à l'ULg et co-directeur du programme.

Cette formation s'adresse tant aux historiens qu'aux archéologues, musicologues, personnel des musées et centres culturels, conservateurs, etc.


Belga