Une exposition pour parler de la pauvreté et marquer les 40 ans des CPAS

À l'occasion du 40e anniversaire du vote de la loi organique des CPAS, l'exposition "Pauvres de Nous - Actions sociales à Namur hier et aujourd'hui", introduite par le CPAS de Namur, se tiendra aux Archives de l'État de la capitale wallonne dès le 27 août. Initialement prévue jusqu'au 11 septembre, l'exposition sera prolongée jusqu'au 30 octobre. L'occasion de jeter un regard rétrospectif sur la précarité sociale et sur les politiques menées pour y parer depuis le 13e siècle, dont la création des CPAS.

La recherche des archives a constitué un travail de "longue haleine", réunissant une série d'institutions partenaires dont l'Université de Namur et les Archives de l'État. Au total, une quarantaine de panneaux s'articulent autour de cinq axes: les enfants, les malades, les personnes âgées, les pauvres et les étrangers.

"Ce qui frappe, c'est la permanence du phénomène et de ses manifestations", a expliqué Emmanuel Bodart, commissaire d'exposition aux Archives de l'État. "Les documents de toute époque font part de mêmes manifestations", a-t-il ajouté.

Des multiples questions sont récurrentes comme la mendicité, l'étranger ou encore le travail des pauvres. Cette exposition est également l'occasion de célébrer les 40 ans de le création des CPAS et de mettre en avant une série d'actions "malheureusement trop méconnues et empreintes souvent d'une série de préjugés", constate Philippe Noël, président du CPAS de Namur.

L'exposition se décline également au travers d'un parcours historique guidé des hauts-lieux de la bienfaisance namuroise. Après le 30 octobre, celle-ci sera disponible virtuellement pour compléter et perpétuer le travail accompli.


Belga