Un Eté à Bomel, l’exposition, sam* « Mix the Surface » au centre culturel de Namur

sam* a 50 ans et va marquer le coup cet été aux Abattoirs de Bomel en nous proposant un feu d’artifice visuel. Que ce soit à travers ses peintures, ses graffitis, ses collages ou ses bien nommés " herbiers urbains ", le Namurois va déployer tout un pan de sa vie d’artiste. L’exposition contient des pièces anciennes, des nouvelles à peine sèches, des carnets et de la vidéo. Car oui, sam* est également actif sur le champ de l’image en mouvement.

10 images
© Jean François Flamey
© Jean François Flamey
© Jean François Flamey

A 22 ans, sam* projette de vieilles bandes super 8 du légendaire Sankukaï sur la musique Indie des années 80. En 2001, il devient vj. Ces projections sont influencées par les abstractions d’Autechre et par la production graphique de Tomato et de David Carson.

Il développe parallèlement un univers graphique et poétique essentiellement nourri d’ambiances urbaines. Inspiré par des artistes comme Jacques Villeglé, Ernest Pignon-Ernest ou Dennis Hopper. Il compose son " herbier urbain " singulier et personnel. Ce qui l’interpelle ? Graffitis, tags, murs, les individus qui peuplent les villes.

La découverte de grandes villes telles que Bruxelles, Paris, Lisbonne, Barcelone, New-York l’interpelle. Il entrevoit avec l’objectif de son appareil photo numérique les traces, les graffitis, les vestiges et les stigmates de notre civilisation qui se fait et défait sans cesse. Ces murs, ses murs, vivent au rythme des hommes et des cités. Moisson faite d’images, il compose, transforme, réorganise ses compositions.

10 images
© Jean François Flamey
© Jean François Flamey
© Jean François Flamey

Etre à la mode ne l’intéresse pas, et le " street art " n’est pas une fin en soi. Si la démarche est dans l’air du temps, c’est aussi et surtout pour sam* un moyen de créer des " images " choc qui deviennent miroir de leur temps. Loin des concepts, il souhaite fixer ce qui l’entoure et le suggère. Il nous le restitue avec ses mots et met à profit son regard et sa sensibilité. Il scrute, brasse et exprime en recréant un monde pur et dur. Visages et écritures sauvages crient les désarrois d’un monde parfois violent.

10 images
© Jean François Flamey
© Jean François Flamey
© Jean François Flamey

Graphiste de formation, les techniques actuelles lui permettent de trouver exactement le, les langages adaptés à ce qu’il veut partager… Il aime les grands formats mais les projets de petites dimensions vivent aussi à cette échelle monumentale.

Par le biais d’images virtuelles, il participe à des concerts live : l’image vit au rythme des sons.

Live painting : Si loin, si proche

Dans le cadre de la Jam Hip-Hop avec Wal’style et Namur Break Sensation (NBS), mercredi 14 juillet, de 18h00 à 21h00 aura lieu un Live Painting. Une occasion de découvrir l’artiste à l’œuvre, sam* réalisera une toile sur bâche.

Ce qui lie cet artiste plasticien avec ses breaks danseurs ? Faire vivre coûte que coûte la culture de la rue. L’esprit du New York des années 70 n’est jamais bien loin…

Outre les liens profondément humains qui les unissent, sam* et NBS ont toujours eu le goût des croisements a priori improbables et surtout du partage de leurs cultures avec le plus grand nombre, notamment à travers l’organisation d’événements comme le festival " Mosanostra " (Chemical Party) ou des collaborations artistiques comme autour du spectacle performance " VHS, De la vidéo, des hommes et du son " en 2009.

Informations pratiques

L’exposition est accessible :

Du vendredi 2 au dimanche 18 juillet 2021 Du lundi au dimanche, de 14h00 à 18h00 Les vendredis 2, 9, 16 juillet jusque 21h00.

Du mardi 20 au vendredi 30 juillet 2021 Du mardi au vendredi, de 14h00 à 18h00 Les vendredis 23, 30 juillet jusque 21h00.

Du mercredi 18 août au dimanche 5 septembre 2021 Du mercredi au dimanche, de 14h00 à 18h00.

OÙ ? : Abattoirs de Bomel / Centre culturel de Namur, Traverse des Muses 18, Namur

Tarif : Gratuit sur inscription