Un anniversaire très réussi pour Art Brussels

Hans Op de Beeck
6 images
Hans Op de Beeck - © Tous droits réservés

Cette jeune dame a fêté ses 50 ans d’existence avec succès

C’est une poignée de galeries belges défendant l’art contemporain, comme la galerie Cogéime, la galerie Balance, la galerie Carrefour..., qui est à l’initiative de ce projet. Une première édition voit le jour à la salle Arlequin (Galerie Louise) en 1968 qui compte alors onze galeries.

La foire s’est déroulée dans divers lieux comme au Palais des Beaux-Arts, au Heysel avant d’arriver pour sa troisième année consécutive à Tour & Taxis qui compte 147 galeries de 32 pays différents.

Les portes se sont ouvertes jeudi dernier pour accueillir pas moins de 9.000 visiteurs et si les grandes chaleurs ont pu en décourager certains, les ventes, elles, ont rencontré un vif succès.

Dans la section Discovery (galerie de moins de 5 ans d’existence), j’ai particulièrement bien aimé le travail "Neighbourhood Archaeology" de Tyrell Winston, jeune artiste Américain, présenté par la galerie Stems qui consiste à assembler des objets que l’artiste trouve dans la rue et collecte dans son quartier à New York.

Dans la section Artistic Projects, la Fédération Wallonie Bruxelles a présenté le travail vidéo de Pierre Jean Giloux Invisible Cities qui est une tétralogie inspirée par le mouvement utopiste des métabolistes des années 1960-70 ainsi que l’installation Private Eden de Ben Van den Berghe, Alexey Shlyk et Edi Danartono, au VIP Lounge.

Du côté des galeries, une magnifique sculpture de l’artiste Belge Hans Op De Beeck, à la galerie Ron Mandos, qui représente une petite fille endormie sur un canapé. Une série de six photos de Lili Dujourie de 1977 qui évoque toute la part de féminité de l’homme, présentée par la galerie Nadja Vilenne et je terminerai par la galerie Continua qui a présenté entre autres une très belle œuvre de Michelangelo Pistoletto, Mercato de 2015.