Tokyo: le musée Mori consacre une exposition à N. S. Harsha

N. S. Harsha, "Come Give Us a Speech" (détail), 2008
3 images
N. S. Harsha, "Come Give Us a Speech" (détail), 2008 - © Mori Art Museum

Le musée d'art Mori, à Tokyo, accueille une exposition consacrée à l'Indien N. S. Harsha couvrant deux décennies de la pratique de l'artiste.

N. S. Harsha est né en 1969 à Mysore, dans le sud de l'Inde, et il y réside et travaille encore, tirant son inspiration de la culture et de l'environnement naturel de cette région pour produire tableaux, dessins, sculptures et installations. Son œuvre, selon le musée, souligne les aspects absurdes de la vie et transmet sa vision du monde, à savoir que le microcosme (le corps humain) et le macrocosme existent simultanément.

"N. S. Harsha: Charming Journey" ("voyage charmant") est la première exposition individuelle majeure de l'artiste et elle propose plus de 70 de ses œuvres principales, parmi lesquelles des inédites, créées de 1995 à aujourd'hui.

La mondialisation est un thème fréquemment abordé dans l'art de Harsha et cette exposition japonaise présente des œuvres issues de sa série de tableaux "Charming Nation", qui témoigne de l'impact de l'économie mondiale connectée, en juxtaposant par exemple l'image du siège de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et celle de terres cultivées.

Super-héros, divinités indiennes et animaux

Les motifs répétés à partir de représentations d'êtres humains ou d'animaux sont l'une des marques de fabrique de l'artiste indien. Si les images semblent identiques de loin, en se rapprochant, l'observateur remarque que les expressions faciales, les gestes et l'habillement diffèrent, et reflètent la diversité de l'Inde. Le triptyque "We Come, We Eat, We Sleep" ("Nous venons, nous mangeons, nous dormons") est constitué par exemple de plusieurs rangées de personnes en train d'effectuer des tâches du quotidien.

Les super-héros, les stars de l'art contemporain, les divinités indiennes et les animaux apparaissent côte à côte dans ses œuvres: "Come Give Us a Speech" ("Viens nous faire un discours", 2008) se compose ainsi de 2000 personnages différents.

Les œuvres de N. S. Harsha débordent souvent du cadre de la toile, recouvrant les murs, le sol et le plafond, et invitant les visiteurs à "pénétrer" à l'intérieur. Dans "Sky Gazers" ("Observateurs du ciel"), œuvre qu'on peut voir dans l'exposition au musée Mori, les visiteurs se tiennent sur une mer de visages humains; lorsqu'ils lèvent les yeux, l'image se reflète de façon à ce qu'ils se voient faire partie de cette foule.

En marge de l'exposition principale, "Reversed Gaze" ("Regard inversé"), une œuvre qui se compose de silhouettes humaines grandeur nature peintes sur un mur, sera exposée au 52e niveau de la tour Roppongi Mills Mori Tower (le musée est installé au 53e). Quant à "Matter", sculpture haute de 2,5 m et figurant un singe portant une sphère et levant le doigt vers le ciel en signe de curiosité humaine, elle sera visible sur la Roku-Roku Plaza, l'entrée de la tour.

 

(L'exposition "N. S. Harsha: Charming Journey" est ouverte du 4 février au 11 juin, mori.art.museum/english/contents/n_s_harsha)