Saint-Hubert, capitale internationale de la trompe de chasse

Saint-Hubert, capitale internationale de la trompe de chasse
Saint-Hubert, capitale internationale de la trompe de chasse - © RTBF Marc Mélon

Le ministre du Tourisme René Collin et la ministre de la Culture Alda Greoli étaient à Saint-Hubert jeudi pour officialiser la reconnaissance de la trompe de chasse comme patrimoine immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, prélude à une candidature auprès de l'UNESCO. Un patrimoine dont Saint-Hubert est désormais la capitale internationale.

"Le monde de la trompe de chasse a décidé de reconnaître Saint-Hubert comme étant la capitale internationale de la trompe de chasse", a déclaré François de Radzitzky, président de la Fédération des Trompes du Benelux jeudi, lors d'une conférence à laquelle ont assisté le ministre du Tourisme René Collin et la ministre de la Culture Aldra Greoli, venus signer la charte entérinant la nouvelle.

En marge de cette consécration, dont l'impact se traduira essentiellement en termes de notoriété pour la commune, la ministre Greoli a également officialisé la reconnaissance de la trompe de chasse comme Patrimoine Immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Une étape préalable à la candidature de la discipline auprès de l'UNESCO. "Une reconnaissance globale de la Belgique, passant par toutes les entités fédérées compétentes en matières communautaires, est nécessaire pour soumettre le dossier à l'UNESCO", précise Alda Greoli. Des démarches comparables sont en cours dans plusieurs pays européens.

La ville de Saint-Hubert a accueilli cette double reconnaissance avec beaucoup d'enthousiasme. "Il existe un potentiel énorme de développement en termes de tourisme, de culture et de nature, que seul Saint-Hubert détient dans la région", a souligné le bourgmestre Jean-Luc Henneaux.


Belga