"Rodin, dessiner, découper": une exposition montre un autre visage de Rodin

"Rodin, dessiner, découper" au Musée Rodin jusqu'au 22 février 2019
"Rodin, dessiner, découper" au Musée Rodin jusqu'au 22 février 2019 - © Courtesy of Musée Rodin

Auguste Rodin, sculpteur des corps puissants, a dessiné de multiples nus sur petits formats : une exposition, intitulée "Rodin, dessiner, découper" fait découvrir ce volet de son œuvre dans lequel il se montrait le plus libre et le plus heureux. Au fil de ces 250 dessins exposés au Musée Rodin, c'est une chorégraphie de corps féminins en contorsion, en mouvement, parfois juste esquissés : le peintre croque ses modèles, à 90 pour cent féminins, dans toutes les positions. Une peinture qui annonce la modernité d'un Matisse. Rodin disait de ses dessins qu'ils étaient "la clé" de son œuvre.

Par rapport à la sculpture "qui a beaucoup plus de contraintes, une plus grande liberté s'exprime", explique à l'AFP la commissaire de l'exposition Sophie Biass-Fabiani. "Cela exprime son côté joueur, quelque chose pour le plaisir, qu'il ne montre pas au public. C'est assez délirant, il y a de la poésie et c'est doux. Une manière d'appréhender qui est solaire, généreuse", dit-elle.

Ces dessins rapides ne sont pas des dessins préparatoires à des sculptures. Rodin, virtuose, soumet des dessins faits d'un premier jet à diverses métamorphoses : il les décalque, repère le trait qui lui convient, pose la couleur en utilisant l'aquarelle, découpe ses figures, les replace, les assemble.

Il y a d'abord ses "dessins noirs" entre 1880 et 1889, masques et démons, réalisés pour illustrer la Porte de l'enfer de Dante. Puis viennent plusieurs séries de nus, en général sur papier vélin, dont certains dans des poses érotiques.

Dès ses jeunes années, Rodin procède au découpage de dessins qu'il colle dans des albums : 90 sont montrés. Le collage, très fin, ne se décèle pas forcément. Avec ses figures découpées, il crée de véritables assemblages surprenants de corps, dans un aspect quasi tridimensionnel à l'instar de la sculpture. Une seule de ces figures découpées a été exposée par Rodin.

Entre 1900 et 1910, il découpera une centaine de dessins de nus aquarellés qui forment le cœur de l'exposition. Celle-ci est visible au Musée Rodin jusqu'au 24 février.