Rétrospective de l’artiste Margaret Harrison dès ce 20 février au BPS22

La nouvelle saison débute ce 20 février pour le BPS22, qui accueille quatre nouvelles expositions jusqu’en mai. La première, consacrée à Margaret Harrison, s’intitule "Danser sur les missiles". Artiste née en 1940 en Grande-Bretagne, c’est la première fois que son travail est présenté en Belgique. Cette figure influente du féminisme mène depuis près de 50 ans une réflexion croisée autour des notions de classes sociales et de genre.

Cette exposition a la scénographie variée met en avant la diversité des pratiques de l’artiste : installations, peintures, dessins et textes. Cependant, la trame est commune : une critique artistique et sociale des canons visuels déterminant la représentation des femmes dans la société. Mêlant art et activisme, Margaret Harrison fait en sorte de rendre visibles toutes les formes de dominations qui se manifestent à l’égard du genre féminin, dans les sphères professionnelles et domestiques, tout comme dans la culture populaire ou encore l’histoire de l’art. Le moyen choisi par l’artiste pour y arriver, sans compter la parodie, l’exagération ou la subversion, est la féminisation des corps d’hommes, en inversant les structures de pouvoir véhiculées par notre société.

[À VENIR] Vous souhaitez en savoir plus sur les expos de février au BPS22. C'est par ici ????

Publiée par BPS22 sur Vendredi 29 janvier 2021

Dans une époque où le féminisme et les questions de genre font partie intégrante du débat public, le travail de Margaret Harrison accède à une nouvelle reconnaissance internationale. Engagée, elle fustige également l’implantation de missiles nucléaires, en Angleterre, durant les années 80. Son art, imprégné d’un activisme politique sincère, dépeint une réflexion fondée aussi sur des enquêtes sociologiques. Encore aujourd’hui, elle affirme : "l’art doit être politique, sinon rien !"