Retracer l'évolution des fruits et légumes grâce à l'Histoire de l'Art

Un employé de chez Christie's présente la "Nature morte aux fruits et pot de gingembre" de Cézanne le 23 Juin 2000 à Londres.
Un employé de chez Christie's présente la "Nature morte aux fruits et pot de gingembre" de Cézanne le 23 Juin 2000 à Londres. - © HUGO PHILPOTT / AFP

Alors qu'Edouard Manet considérait les natures mortes comme "la pierre de touche du peintre", une récente étude montre que la tradition picturale offre un précieux aperçu de l'évolution des fruits et légumes au fil des années.

Les fruits, légumes, graines et noix que nous cuisinons et consommons quotidiennement proviennent tous de semences sauvages anciennes qui ont un jour été cultivées et améliorées.

La plupart de ces végétaux ont subi de grands changements pour mieux s'adapter à la consommation et à la production intensive. Mais l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture avertit que 75% de la diversité végétale a été perdue depuis les années 1900.

Alors que certains seraient tentés de dire que les pommes et les poires ont toujours eu le même aspect, les chercheurs Ive De Smet et David Vergauwen suggèrent que l'histoire de la peinture montre l'inverse.

"Les aliments d'origine végétale ont été généreusement représentés par des milliers d'artistes au fil des âges et offrent une vision vaste et unique de la saisissante évolution des formes et des couleurs de nos provisions d'aujourd'hui. Capturer cette information peut permettre de démontrer quand et où des variétés particulières ont émergé, si elles sont courantes, et quelle corrélation existait entre les habitudes de consommation, les routes commerciales et les territoires nouvellement conquis", ont écrit les chercheurs dans leur étude reprise par la revue Trends in Plant Science.

Cette approche pluridisciplinaire a permis aux professeurs De Smet et Vergauwen de faire d'importantes découvertes concernant la culture des carottes, des pastèques, et des fraises.

Alors que l'agronome hollandais Otto Banga pensait que les carottes orange modernes trouvaient leur origine aux Pays-Bas à la fin du XVIème siècle, De Smet et Vergauwen affirment que ce légume apparaissait déjà dans des dessins datant de l'Empire Byzantin.

De même, des peintures historiques montrent que les cultures de fraises modernes ont émergé il y a seulement 250 ans, alors qu'il existe des preuves archéologiques de la consommation de ce fruit depuis l'âge de pierre.

Les professeurs De Smet et Vergauwen ont par ailleurs noté que l'histoire de l'art pourrait permettre d'adresser les limites de l'étude de l'évolution des aliments d'origine végétale, tout comme l'étude de textes anciens. "Comment était décrite une orange au Xème siècle, étant donné que le mot 'orange' pour décrire la couleur n'a commencé à être utilisé qu'à partir du XVème siècle ?" s'interrogent-ils.

L'approche iconographique pose d'autres problèmes, surtout concernant des artistes qui choisissent des procédés personnels pour représenter les natures mortes et s'éloignent d'une représentation scientifique, à l'instar de Pablo Picasso ou Jérôme Bosch longtemps avant lui.

Les signataires de l'étude précisent que pour adresser les incohérences de la représentation il est nécessaire de passer en revue la fiabilité de la source et d'avoir accès à une vaste quantité de matériel iconographique provenant de collections tant publiques que privées.

 

Afin de contribuer à ce nouveau domaine pluridisciplinaire, les amateurs d'art sont encouragés à envoyer par e-mail des photographies de peintures représentant des fruits et légumes ainsi que les informations concernant l'oeuvre à l'adresse ArtGeneticsDavidIve@gmail.com.