Réouverture de l'exposition de Sébastien Bonin au Botanique

Sébastien BONIN Le calendrier, 2019, huile sur toile
Sébastien BONIN Le calendrier, 2019, huile sur toile - © Courtesy Michel Rein

L'équipe du Botanique et Sébastien Bonin sont heureux de vous accueillir à nouveau dans le Museum pour (re)découvrir "DOCUMENTI", une exposition prolongée jusqu’au 19 juillet.

Avec un horaire réduit (du vendredi au dimanche) et la mise en place de mesures pour vous offrir les meilleures conditions de visite. Pour bénéficier d'une expérience exclusive (35 visiteurs par heure), il est vivement conseillé de réserver vos billets en ligne.

plus d'infos sur les modalités pratiques de la réouverture

L’exposition "DOCUMENTI" propose une sélection d’oeuvres des deux dernières années de production de Sébastien Bonin. Ses peintures constituent la majorité des oeuvres exposées. Les connaisseurs de l’Histoire de la Peinture s’en donneront à coeur joie car son oeuvre est empreinte de petites histoires du monde de l’art et de l’aura de grands Maîtres.


lire aussi : Sébastien Bonin se joue de l’Histoire de l’Art au Botanique


Une des caractéristiques générales de son travail concerne le processus de création. Artisan de la photographie, il a toujours construit manuellement ses images, sans prises de vue. Par la récupération d’images iconiques, la déstructuration, ou la recomposition de celles-ci, il triture l’Histoire de l’Art, s’en inspire, la questionne et, sans prétention, la fait avancer.

Ses sources picturales se concentrent sur les 19ème et 20ème siècles. Il décortique les ouvrages d’art pour en extraire des détails et supprime du contenu toute référence humaine. Avec son geste expressif, à l’empattement assumé, il reproduit ces sujets, sur de petits ou grands formats. Il brouille également l’approche de ses toiles par l’apposition de titres "repiqués" et inter-changés dans ces mêmes ouvrages d’art. Aussi, les petits paysages ou Natures Mortes se détachent et rythment les grandes toiles préparées au Gesso. Certaines compositions reprennent la mise en page d’une affiche d’exposition ou même d’une couverture de livres d’art très connus. Ce jeu de "titres" nous rappelle l’humour surréaliste d’un Magritte, chez qui les mots se jouent de l’image.