Réouverture au public de l'abbaye de Parc à Louvain

 Vue du hall, Comme l'éclair. 900 ans de Norbertins’
10 images
Vue du hall, Comme l'éclair. 900 ans de Norbertins’ - © Be Culture

Les principaux espaces historiques intérieurs de l’abbaye de Parc à Louvain, rouvrent de façon permanente au public ce 4 mai, après d’importants travaux de rénovation. L’abbaye est "gérée" par l’Ordre de Prémontré, qui célèbre cette année son neuvième siècle d’existence.

C’est ainsi que les visiteurs ont désormais accès au réfectoire et à la bibliothèque du monastère. Les pièces maîtresses y sont les splendides plafonds en stuc du XVIIe siècle réalisés par Jean-Christian Hansche, ainsi que le couloir avec ses 21 vitraux monumentaux datant de la même époque et conçus par le maître verrier louvaniste Jan de Caumont.

À cette occasion, l’échevine de la Culture, des Événements et du Tourisme de Louvain, Denise Vandevoort, a tenu à souligner que "plus que jamais, l’abbaye renaît dans son ambiance typique et spirituelle". "Le public peut enfin retrouver l’abbaye d’autrefois : un lieu vert inspirant, propre à la contemplation et à l’activité. Hormis l’ouverture permanente du site, nous organiserons également, et durant toute cette année jubilaire, des visites et des événements à petite échelle", a-t-elle précisé.

L’échevin du Patrimoine mobilier de Louvain, Carl Devlies, a pour sa part mis l’accent sur le fait "qu’une voie d’avenir durable avait été tracée pour l’abbaye dans le respect de son passé et de son caractère vert". "Les bâtiments restaurés sont remis en service avec les fonctions d’antan mais dans un contexte contemporain. Il s’agit ici d’un projet unique", a-t-il ajouté.

Le "musée de dialogue" attaché à l’abbaye, le "Parcum", accueille, pour sa part et jusqu’au 1er août, une vaste exposition rétrospective, intitulée "Comme l’éclair : 900 ans de Norbertins". Elle propose un aperçu original de la vie de l’abbaye, où réside et travaille toujours une communauté de religieux, et évoque neuf siècles d’histoire des Norbertins. Elle réunit également des pièces précieuses provenant, non seulement des abbayes brabançonnes, mais aussi d’autres collections nationales et internationales. Une facette de l’exposition s’attache aussi à faire de la prospective, étant entendu que ces lieux de prière et de dévotion continuent à être des lieux de dialogue et de préservation d’un fabuleux patrimoine artistique.

Afin de le rendre plus vivant et interactif encore, les concepteurs de l’événement ont choisi d’effectuer des projections sur les plafonds tout en réalisant des paysages sonores ainsi que des animations audiovisuelles.

Fondée en 1128, l’abbaye de Parc accueillera alors ses premiers religieux conduits par Saint-Martin de Laon. Ils avaient été "invités" par le duc de Brabant, Godefroid Ier le Barbu, soucieux de donner à sa bonne ville de Louvain une solide infrastructure sociale et religieuse.

C’est dans l’ensemble claustral que se trouvent les plus anciens bâtiments. Telle qu’on la voit aujourd’hui, l’église se présente comme un aboutissement de transformations successives jusqu’à atteindre une conception très caractéristique du XVIIIe siècle. Depuis le début du XXe siècle, l’abbaye s’est donné une orientation intellectuelle, avec la proximité de l’Université catholique de Louvain (UCLouvain), mais aussi missionnaire (notamment au Brésil). L’exposition est accessible du mardi au dimanche de 10h00 à 17h30.