Rencontre entre Picasso et Toulouse-Lautrec à Madrid

Bohémiens
5 images
Bohémiens - © Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid / Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown, Massachusetts

Du 17 octobre 2017 au 21 janvier 2018, le musée Thyssen-Bornemisza à Madrid (Espagne) convoque deux sommités de l'art du XIXe et XXe siècle, Pablo Picasso et Toulouse-Lautrec, à travers une exposition.

Celle-ci ne se contentera pas d'examiner le cliché du jeune Picasso de Barcelone, admirant le peintre français et durant ses jeunes années à Paris. Elle s'attardera aussi sur l'influence du peintre de cabaret sur l'Espagnol tout au long de sa carrière. Découverte en images des cinq sections de l'exposition.

 

Bohémiens

Au début de sa carrière, Lautrec s'est rendu compte de son don pour la caricature. Il l'exerce à travers des autoportraits, mais aussi en représentant ses proches, comme ici Jane Avril. La caricature fait aussi partie du travail de Picasso. Dans ces deux toiles, "Jane Avril" de Lautrec et "Buste de femme souriante" de Picasso, on retrouve aussi le même style et la technique pointilliste.

 

Bas fonds

Les deux peintres ont mis en lumière un univers oublié du monde de l'art, comme les cafés parisiens ou encore les cabarets montmartrois. Lautrec, qui peignait les affiches des spectacles, a fait les portraits de ses stars, comme les artistes La Goulue ou Jane Avril, à de nombreuses reprises. Une fascination pour ce monde que l'on retrouve chez Picasso, notamment à travers "Les Soupeurs".

 

Vagabonds

Le monde du cirque a aussi une part importante dans la carrière des deux artistes. Lautrec s'intéresse particulièrement aux spectacles équestres, tandis que Picasso aura une approche plus mélancolique, en représentant des Arlequins incarnant les parias de la nuit parisienne.

 

Elles

La prostituée est un lieu commun dans de nombreuses toiles signées Lautrec et Picasso. Chez le premier, on la voit en train de faire sa toilette, de s'habiller de jouer aux cartes. Chez l'Espagnol, elle est plus érotique, voire pornographique. Au tout début du XXe siècle, Picasso se rend à l'hôpital Saint-Lazare et réalise des croquis de femmes atteintes de la syphilis, à l'image du tableau "Femme aux cheveux frangés".

 

Eros Caché

Pour ce qui est de la peinture érotique, Lautrec, influencé par Degas, aura une proposition plus délicate et symbolique, contrairement à Picasso, qui a une approche plus violente.