Record de visites pour une exposition sur la mode chinoise à New York

Image tirée du film "In the Mood for Love", 2000
2 images
Image tirée du film "In the Mood for Love", 2000 - © Courtesy of Block 2 Pictures Inc. DR

Une exposition explorant les influences de la Chine sur la mode occidentale bat tous les records de fréquentation au prestigieux Metropolitan Museum of Art (Met) de New York, avec plus de 670.000 visiteurs depuis début mai.

Présentant créations de haute couture, bijoux et œuvres d'art chinoises, l'exposition "Chine: de l'autre côté du miroir" ("China: Through the Looking Glass") s'est propulsée à la première place des plus fréquentées du prestigieux "Costume Institute" du Met, a indiqué le musée mardi.

Retraçant l'influence de la Chine impériale à la République populaire en passant par les vedettes de cinéma du Shanghai des années 1920, l'exposition, inaugurée le 7 mai, a battu le précédent record de la rétrospective dédiée en 2011 au designer britannique Alexander McQueen (661.509 visiteurs), organisée peu après son décès en 2010.

"Chine: de l'autre côté du miroir" est la huitième exposition la plus vue de toute l'histoire du Met, selon une porte-parole. Face à ce succès, elle a été prolongée de trois semaines, jusqu'au 7 septembre.

"Cette exposition est l'une des plus ambitieuses jamais montée par le Met et je veux qu'autant de gens que possible puissent la voir", avait déclaré fin juin le directeur du Met, Thomas P. Campbell. Elle offre "une exploration fantastique de l'impact de la Chine sur la créativité au cours des siècles".

La Chine était à l'honneur du très médiatique "Met Ball" cette année, marquant l'inauguration de l'exposition. Très courue des célébrités, cette soirée extravagante marque l'un des plus hauts points du calendrier "people" de New York et permet au Costume Institute de récolter des fonds.

Le Met est le plus fréquenté des musées new yorkais. Avec 6,3 millions de visiteurs l'an passé, il a battu son record depuis le début des mesures de fréquentation il y a quarante ans, selon ses dirigeants.