Qui sont les clients de la Brussels Art Fair ?

Rencontre à la BRAFA avec deux galeries spécialistes en art ancien.

La Galerie De Jonckheere créée à Bruxelles en 1976 s’est spécialisée dans le domaine des maîtres anciens, flamands en grande majorité du XVème, XVIème et XVIIème siècle. En 1984 François et Georges De Jonckheere ont ouvert une deuxième galerie à Paris, puis à Genève en 2011. Laura, 25 ans a hérité de ses parents le goût de l’ancien. Elle nous présente leur stand à la BRAFA.

Nicole Debarre : Quelques tableaux d’artistes du XXème siècle, (Gustave De Smet, Lucio Fontana) et du côté des anciens, Cranach, Brueghel Le Jeune, …. une collection de famille ?

Laura De Jonckheere : "Effectivement, c’est une affaire de famille. Nous avons la chance et le privilège d’avoir des œuvres d’une telle qualité et en si bon état…C’est une activité que nos parents exercent depuis une quarantaine d’années, nous savons donc où sont les œuvres et nous avons "un portefeuille clients" qui nous permet de mettre la main sur des œuvres rares."

Qui sont vos clients ?

"Nos clients étaient en majorité européens. Mais on sent un changement, depuis quelques années : l’art flamand intéresse de nouveaux acheteurs, qui viennent d’autres continents."

Quelles œuvres présentez-vous ici à la Brafa ?

"Nous avons préparé une sélection éclectique avec des sujets différents dans des gammes de prix différents. Nous présentons Cranach et Brueghel , nos "master pieces", mais aussi des paysages d’Abel Grimmer, des tableaux d’ artiste de l’école de Bosch aussi .

A côté de ces œuvres, nous exposons une nature morte de Gustave Moreau, et "Kirmess stallholders" du belge Gustave De Smet. Un Magritte, évidemment. Et ce que nous avons acquis dernièrement, des œuvres de Lucio Fontana.

Parallèlement à toutes nos activités , nous collaborons avec des Musées, nous prêtons très régulièrement des œuvres dans le cadre de leurs expositions."

Florence Devoldère est Française, elle propose sur son stand une collection de tableaux anciens, beaucoup de peintures flamandes ? Des œuvres datant du XVIème, XVIIème et XVIIIème siècle. Des œuvres de la Renaissance, et des fils Brueghel, notamment.

Nicole Debarre : Ce sont des œuvres très chères, vu leur ancienneté. A part les collectionneurs et les directeurs de Musées, qui les achète?

Florence Devoldère​ : Il y a beaucoup d’amateurs dans le Nord de la France, mais aussi en Savoie .Et à Turin , où il existe une grande tradition de la peinture flamande… Beaucoup d’Américains, de Russes et de plus en plus de Chinois s’y intéressent .