Pour ses 200 ans, l'ULg se projette dans l'avenir avec l'expo "J'aurai 20 ans en 2030"

J'aurai 20 ans en 2030
13 images
J'aurai 20 ans en 2030 - © Ulg

L'Université de Liège (ULg) fêtera son bicentenaire le 25 septembre prochain. Pour cette occasion, les entreprises Collections & Patrimoines et Europa 50 ont, en partenariat avec l'université, imaginé une exposition intitulée "J'aurai 20 ans en 2030. La science au quotidien".

Celle-ci propose d'explorer l'avenir sous l'angle des sciences et des avancées technologiques qui impactent le quotidien, ont expliqué les organisateurs mercredi. Elle sera inaugurée le 23 septembre prochain et en place jusqu'au 3 juin 2018 à la gare de Liège-Guillemins.

"L'objectif d'une exposition est de montrer des objets. Mais comment montrer des objets du futur ? Voilà la principale difficulté à laquelle nous avons fait face", souligne René Schyns, commissaire général de l'exposition.

Chaque salle propose dès lors d'imaginer le futur proche en présentant des objets ou technologies en cours de développement, qui n'ont pas encore intégré notre quotidien. L'exposition suit le fil rouge de "L'Homme du futur", qui se décline en quatre thèmes: "L'Homme assisté, l'Homme connecté, l'Homme responsable et l'Homme modifié".

L'ULg désirait se projeter vers l'avenir en "montrant aux citoyens les compétences de l'université", explique son recteur, Albert Corhay. "Prédire l'avenir est un énorme risque et nous nous tromperons sûrement", admet, avec amusement, Bernard Rentier, pro-recteur de l'ULg et président du comité du bicentenaire de l'université.

Le parcours propose tout d'abord au visiteur d'établir un bilan des avancées technologiques par une représentation des créations de l'Homme "pour montrer qu'il est un grand créateur, que ce soit pour des choses positives ou négatives".

Une salle est dédiée à la présentation de 14 inventeurs "choisis parce qu'ils ont mis en place des inventions qui ont amélioré notre quotidien et qui vont encore évoluer". Par exemple, Gutenberg, inventeur de l'imprimerie, est mis en exergue, à côté d'une tablette, créée notamment grâce à son invention. Dix personnalités de l'ULg seront également mises en valeur.

Le visiteur emprunte ensuite un couloir qui le projette dans le futur. L'habitat, l'alimentation, la mobilité, la ville, la conquête spatiale ou encore la médecine du futur sont abordés. L'exposition se termine par des questions éthiques, dans la salle du cœur, "qui a longtemps été considéré comme le siège de l'âme". Des réflexions sur l'immortalité et le désir de l'homme de combattre la mort sont également proposées.

Le contenu de chaque salle a été imaginé en collaboration avec des professeurs de l'ULg.

A la sortie, le visiteur pourra aussi vivre une "expérience immersive" appelée TomorrowLive et développée par l'entreprise technologique spécialisée dans la production de vidéos, EVS. "Nous observons que la consommation de médias en direct se développe autour de trois axes: la réalité augmentée, l'interactivité et la personnalisation", explique Nicolas Bourdon, responsable marketing d'EVS.

Un exemple de cette immersion, tournée lors d'un match de football entre le Standard de Liège et le club de Genk, sera ainsi présentée. Le téléspectateur pourra voir le match du point de vue d'un joueur, choisir l'angle de vue qu'il préfère, interagir avec d'autres membres de l'audience, etc.

L'exposition représente un budget global de 4,5 millions d'euros.