Poincheval quitte sa "couveuse" avec ses neuf poussins

Poincheval quitte sa "couveuse" avec ses neuf poussins
Poincheval quitte sa "couveuse" avec ses neuf poussins - © STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

Fin de la mission "papa poule" pour Abraham Poincheval: après trois semaines passées à couver des œufs, l'artiste français a fait naître neuf poussins et quitté jeudi son vivarium du Palais de Tokyo à Paris.

"Les poussins d'Abraham Poincheval sont à présent tous nés et en route vers une ferme en Normandie, où ils couleront des jours heureux!" a annoncé le Palais de Tokyo sur Twitter.

Le message s'accompagne d'une photo de l'artiste, en T-shirt et jogging, contemplant sa couvée, les traits tirés par la fatigue, dans la cage de plexiglas où il s'était enfermé pour couver des œufs depuis le 29 mars, sous l'œil du public. 

Le lien vidéo qui permettait de suivre en direct la performance a été désactivé.

Sur les onze œufs couvés par l'artiste, neuf ont éclos pour donner vie à des poussins: huit jaunes et un noir. Un premier poussin était né dès mardi, suivi par les autres le lendemain.

Abraham Poincheval, coutumier des performances extrêmes, "était très heureux, il n'en espérait pas tant. Il a vraiment réussi", a commenté un porte-parole du centre d'art contemporain.

Pour ce "premier travail avec du vivant", l'artiste de 44 ans a très peu dormi, passant le plus clair de son temps assis sur une chaise faisant office de "table de couvaison, avec un système pour poser les œufs", emmitouflé dans une couette.

Mercredi, l'organisation de défense des animaux PETA s'était inquiétée du sort des poussins, estimant que "les animaux n'ont pas leur place dans l'art".

Le Palais de Tokyo a indiqué que "les poussins avaient l'air très bien et qu'ils allaient partir vivre à la campagne", chez les parents d'Abraham Poincheval.

Les poussins "ne finiront pas sur la table", avait assuré son père, Christian.

Le performeur n'en était pas à son premier enfermement. Fin février, il avait vécu pendant une semaine dans une grosse pierre aménagée à l'intérieur. Il est aussi resté huit jours dans un trou sous une pierre d'une tonne et deux semaines à l'intérieur d'un ours naturalisé.

Il a par ailleurs passé une semaine sur une plate-forme à 20 mètres au-dessus du sol devant la Gare de Lyon à Paris, traversé les Alpes-de-Haute-Provence en poussant un cylindre qui lui servait d'abri, et vécu à bord d'une bouteille géante (6 mètres de long) en remontant le Rhône.


Les expos en images

La chronique de Deborah Danblon
La chronique de Deborah Danblon
6min 30s

La chronique de Deborah Danblon

«La pyramide des besoins humains» de Caroline Solé et «Quelqu’un qu’on aime» de Séverine Vidal

Entrez sans frapper : l'intégrale
Entrez sans frapper : l'intégrale
97min 45s

Entrez sans frapper : l'intégrale

Bernard Minier, Jean-Marie Wynants, Kunsten Festival des Arts, "Corée du Nord : Plongée au cœur d'un État totalitaire", Deborah Danblon

Les sorties musicales avec Luc Lorfèvre
Les sorties musicales avec Luc Lorfèvre
7min 31s

Les sorties musicales avec Luc Lorfèvre

Gorillaz "Humanz"; Mark Lanegan "Gargoyle"; compilation Let’s Get Swinging Modern Jazz In Belgium ; Noa Moon "Azurite"

La chronique de Laurence Brecx
La chronique de Laurence Brecx
5min 12s

La chronique de Laurence Brecx

Le raboultaf (Gallimard) et L’atlas des inégalités (Ed. Milan)