Photo réalisme au Musée d'Ixelles

Roberto Bernardi, Confini Segreti, 2013
6 images
Roberto Bernardi, Confini Segreti, 2013 - © Roberto Bernardi, photo Institut für Kulturaustausch, Tübingen

Le Musée d’Ixelles présente une rétrospective du mouvement hyperréaliste en peinture depuis son émergence dans les années 60 jusqu’à nos jours.

Une première génération de jeunes artistes américains considère la banalité du quotidien en restituant les produits emblématiques de la société de consommation. La peinture reproduit la réalité photographique de manière froide. L’hyper-réalité sème un trouble sur la nature de l’image, photographie ou peinture, accentué par l’emploi du terme Photorealism. Le constat de la réalité ordinaire est simulé par l’artiste qui partant de la photo, compose et recompose l’image et construit une peinture originale.

L’hyperréalisme essaimera en Europe, à partir des années 70. La génération des années 1990 - 2010 recourt à la photo numérique accentuant l’effet de supra-réalité.

Claire Leblanc, conservatrice, au micro de Pascal Goffaux