Paul Delvaux et le Surréalisme: une exposition à la Fondation Magnani Rocca à Parme

"Nu à la Statue", une oeuvre de Paul Delvaux
"Nu à la Statue", une oeuvre de Paul Delvaux - © AFP PHOTO/Emmanuel Dunand

La Fondation Magnani Rocca à Parme propose ; jusqu'au 30 juin et avec la coopération du Musée d'Ixelles, une exposition dédiée à Paul Delvaux (1897-1994) accompagné pour l'occasion de ses 'amis' Giorgio De Chirico, René Magritte, Max Ernst et Man Ray. Six thèmes illustrent précisément le parcours de cette exposition, intitulée 'Delvaux et le Surréalisme': les paysages, le monde ferroviaire, l'Antiquité, les squelettes, les couples et, enfin, les femmes et leur mystère.

Né à Antheit, Paul Delvaux suit d'abord la filière 'Architecture' à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles mais sa passion pour la peinture va l'emporter. Ses premières toiles, souvent détruites par le peintre lui-même, seront post-impressionnistes, puis expressionnistes, influencé par James Ensor.

Mais c'est en découvrant un tableau de De Chirico, « Mélancolie et mystère d'une rue » (1914) au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles qu'il va découvrir cette manière'libérée' de s'exprimer. Magritte, Ernst et aussi Salvador Dali vont lui faire prendre conscience d'un nouvel univers où le rationnel, les conventions et les interdits sont, sinon abolis, du moins largement tempérés par les voies de la poésie, de l'imaginaire et du symbole.

Sans jamais adhérer vraiment au mouvement surréaliste, il participera néanmoins à la grande Exposition internationale des Surréalistes à Paris en 1938. Son oeuvre sera avant tout marquée par un style très personnel. Outre ses trains et gares, ses ruines historiques, son univers industriel aride et ses squelettes qui hantent parfois ses tableaux, il projette sur ses toiles l'image de femmes mystérieuses au regard lointain et aux yeux immensément grands, suscitant une certaine inquiétude. Paul Delvaux décédera à Furnes en 1994.

Informations : Tél : 00 39 521 84 83 27 et www.magnanirocca.it


Belga