Palmyre, la "perle" antique du désert syrien

Jusqu'en 2011, plus de 150.000 touristes visitaient cette oasis du désert située à 210 km au nord-est de Damas, aux 1.000 colonnes, aux statues et à la formidable nécropole de 500 tombes
Jusqu'en 2011, plus de 150.000 touristes visitaient cette oasis du désert située à 210 km au nord-est de Damas, aux 1.000 colonnes, aux statues et à la formidable nécropole de 500 tombes - © AFP PHOTO/STRINGER

Palmyre, contrôlée par le groupe Etat islamique (EI) depuis mai 2015 mais où l'armée syrienne, appuyée par l'aviation russe, est entrée jeudi, est une cité de plus de 2.000 ans inscrite par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité.

Avant le début du conflit en Syrie en 2011, plus de 150.000 touristes visitaient cette oasis du désert située à 210 km au nord-est de Damas, aux 1.000 colonnes, aux statues et à la formidable nécropole de 500 tombes.

Cité antique prospère

Mentionnée pour la première fois dans les archives de Mari au IIe millénaire av. J.-C., selon le site de l'Unesco, Palmyre était une oasis caravanière établie lorsqu'elle tomba sous contrôle romain dans la première moitié du Ier siècle et fut rattachée à la province romaine de Syrie.

Palmyre (Cité des palmiers) - dont le nom officiel en Syrie est Tadmor (Cité des dattes) - devint peu à peu une cité prospère sur la route reliant la Perse, l'Inde et la Chine à l'Empire romain, grâce au commerce d'épices et de parfums, de la soie et de l'ivoire de l'est, des statues et du travail du verre de Phénicie.

L'âge d'or

En 129, Palmyre est déclarée ville libre par l'empereur romain Hadrien et connaît son âge d'or au IIe siècle après J.C.

La ville était "construite selon une structure occidentale, une agora, de grandes rues, un théâtre, des temples, on pourrait presque la comparer à Rome", expliquait en mai 2015 Marielle Pic, qui dirige le département des Antiquités orientales au musée du Louvre.

"Une des caractéristiques de Palmyre, ce sont de grandes tours funéraires à étages dans lesquelles les sarcophages étaient superposés", soulignait-elle.

La reine Zénobie

La prospérité de la ville culmina au troisième siècle, à l'époque de la reine Zénobie, qui défia l'empire romain.

En 267 après J-C, le gouverneur arabe de Palmyre Odeinat est mystérieusement assassiné. Son épouse Zénobie prend le pouvoir. Poussée par son désir de liberté et de gloire, Zénobie prend possession de la Syrie en 270, envahit l'Egypte et lance ses troupes jusqu'au Bosphore, avant d'être renversée en 272 par l'empereur Aurélien.