Palmyre, Damas, Bâmiyân s'invitent au Grand Palais à Paris

Relief funéraire de Taimé et de sa femme Hadira
10 images
Relief funéraire de Taimé et de sa femme Hadira - © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Rau

Ces noms, qui évoquent aujourd'hui les conflits qui touchent le Moyen-Orient, désignent aussi des sites archéologiques faisant partie du patrimoine universel aujourd'hui en danger. Pour rendre hommage à ces splendeurs, la Rmn-Grand Palais (Réunion des musées nationaux) et le Musée du Louvre, sous le haut patronage de l'UNESCO, proposent de les découvrir à travers une exposition gratuite, visible du 14 décembre 2016 au 9 janvier 2017 au Grand Palais à Paris.

Les sites que sont Khorsabad, Palmyre, la mosquée des Omeyyades et le Krak des chevaliers pourront être ainsi visités grâce à des projections d'images à 360 degrés. Des projections rendues possibles par des nouvelles techniques de prises de vue par drones et des reconstitutions numériques. A ces images seront associées des dessins, des gravures, d'anciens clichés des documents d'archives, des films éclairants sur la destruction, la conservation et la restauration de patrimoine. Chacun de ces quatre espaces seront symbolisés à travers une oeuvre issue du musée du Louvre.

Une deuxième partie sera consacrée aux techniques de relevés utilisées par les archéologues et leurs modifications dans l'histoire. Cette section, nommée "Laboratoire des images", sera pensée comme un cabinet de curiosités et présentera pour chaque site les outils qui ont permis leur reproduction.

L'exposition fait suite à la décision du président de la République François Hollande qui, après les destructions de la ville de Palmyre, a souhaité que la France s'investisse dans la préservation de ce patrimoine mis en péril.

Palmyre en Syrie, l'oasis des palmiers, aussi connu sous le nom d'oasis de Tadmor, est un ancien relais caravanier datant du 2e millénaire avant notre ère. C'est à cet endroit que l'Empire romain s'approvisionnait en denrées exotiques.

Pour ce qui est du Krak des chevaliers, il s'agit d'un château fort utilisé pendant la période des croisades. Toujours en Syrie, mais à Damas, la grande mosquée des Omeyyades a été bâtie entre 705 et 715 par le calife omeyyade Al-Walid Ier. Les voyageurs et historiens ont été éblouis par le décor somptueux de la salle de prière, supposément pensé par des artisans byzantins, orné de placages de marbres, de mosaïques à fond d'or.

Enfin, quant à la ville de Khorsabad dans le Kusrdistan irakien, elle abrite la ville de Dûr-Sharrukin, la "forteresse de Sargon". Construite en à peine dix ans sur 3 km2, elle était l'une des capitales de l'empire néo-assyrien à la tête du proche orient dans la première moitié du Ier millénaire avant notre ère.

 

("Sites éternels: De Bâmiyân à Palmyre, voyage au cœur des sites du patrimoine universel" du 14 décembre 2016 au 9 janvier 2017 au Grand Palais à Paris - www.grandpalais.fr)