New York: les enchères d'automne démarrent sagement chez Sotheby's, un Modigliani à 42,8 millions de dollars

Parmi les autres pièces majeures, le tableau "Untitled XXI" du Néerlandais Willem de Kooning (1976) est parti à 24,89 millions de dollars
Parmi les autres pièces majeures, le tableau "Untitled XXI" du Néerlandais Willem de Kooning (1976) est parti à 24,89 millions de dollars - © JEWEL SAMAD - AFP

Les enchères d'automne à New York ont démarré plutôt sagement mercredi soir chez Sotheby's avec les plus belles pièces de la collection Taubman, parties pour 377 millions de dollars dont 42,8 millions pour un tableau de Modigliani.

Alfred Taubman a fait fortune dans la promotion immobilière, puis entamé une considérable collection d'objets d'art avant de prendre le contrôle de Sotheby's, dont il est resté actionnaire majoritaire de 1983 à 2005.

Il a largement contribué à redresser la maison d'enchères, en difficulté au début des années 1980. Mais le tableau a été terni par sa condamnation dans une affaire d'entente sur les prix qui lui a valu plus de neuf mois de détention, entre 2002 et 2003.

Mercredi, un peu plus de six mois après son décès, ses plus belles pièces étaient mises aux enchères. C'est le "Paulette Jourdain" d'Amedeo Modigliani qui a atteint le prix le plus élevé, à 42,81 millions de dollars. L'acheteur est un particulier asiatique, a indiqué Sotheby's à l'AFP. Paulette Jourdain fut la domestique, puis l'amante de Léopold Zborowski, marchand d'art attitré de Modigliani. Cette toile est l'une des dernières du maître italien.

Parmi les autres pièces majeures, le tableau "Untitled XXI" du Néerlandais Willem de Kooning (1976) est parti à 24,89 millions de dollars, soit légèrement moins que le prix estimé initialement, entre 25 et 35 millions de dollars.

D'autres oeuvres ont connu le même sort. La "Femme assise sur une chaise" de Pablo Picasso, portrait de son amante Dora Maar un temps détenu par le couturier Gianni Versace, a été vendue 20 millions de dollars. Sotheby's l'avait estimé entre 25 et 35 millions de dollars.

Deux des lots les plus remarquables, la "Femme Nue" d'Edgar Degas et "Disappearance I" de l'Américain Jasper Johns n'ont pas été vendus, les offres n'ayant pas atteint le niveau minimum requis par Sotheby's, qui les avait chacun estimé entre 15 et 20 millions de dollars.

Co-responsable d'impressionnisme et de l'art moderne au sein de Sotheby's, Simon Shaw s'est dit surpris du sort connu par le tableau de Degas.

"C'était l'un des vrais joyaux de cette collection. C'est sans aucun doute le plus beau pastel de Degas à venir sur le marché depuis un bon moment", a-t-il expliqué après la fin de la session.

Un record a néanmoins été battu par une oeuvre de l'Américain Frank Stella, toujours vivant: son "Delaware Crossing" a atteint 13,69 millions de dollars.

Au total, 77 lots étaient à vendre.

"Il y a beaucoup de liquidités disponibles mais les gens ne veulent pas n'importe quoi. Ils dépensent leur argent avec prudence, donc c'est un marché efficient, selon moi", a estimé M. Shaw.

Cette saison, Sotheby's et Christie's tablent sur des ventes d'un milliard de dollars chacun. Les tableaux les plus chers, selon les estimations préalables, sont deux pièces vendues par Christie's: un "Nu Couché" de Modigliani, évalué 100 millions de dollars, et la "Nurse" de Roy Lichtenstein, attendue à 80 millions, ce qui serait un record pour le peintre américain.

Il y a six mois, les ventes de printemps avaient atteint des niveaux historiques, totalisant 2,61 milliards de dollars. Le record du tableau le plus cher de l'histoire est même tombé, "Les Femmes d'Alger (version O)" de Picasso étant adjugé pour 179 millions de dollars.