Namur: la fréquentation du Centre du visiteur doublera après rénovation des souterrains

Le Centre du Visiteur, à la Citadelle de Namur
Le Centre du Visiteur, à la Citadelle de Namur - © SOPHIE MIGNON - BELGA

"Nous espérons doubler la fréquentation du Centre du visiteur, une fois les travaux de restauration des souterrains terminés, passant de 35.000 à 70.000 visiteurs par an", a déclaré Arnaud Gavroy, échevin de l'Aménagement du territoire, de la Régie foncière, de l'Énergie ainsi que de la Citadelle de Namur. Le chantier a débuté le 10 août dernier et devrait s'achever au printemps 2017. L'installation d'une scénographie devrait, quant à elle, être terminée à la fin de l'été 2017, a annoncé l'Echevin, lors d'une conférence de presse sur l'avancée des travaux de rénovation, vendredi à la Citadelle de Namur.

Entamés il y a un mois, les travaux de restauration globale des souterrains de la Citadelle ont pour objectif d'assurer la pérennité des vestiges, témoignant de l'occupation des lieux du Moyen-Age au 20e siècle, mais aussi d'installer une nouvelle scénographie. "Avec ces deux projets, Namur disposera réellement d'une attraction touristique à la page et digne du respect de la culture et de l'histoire", a précisé l'Échevin. Pour la restauration des lieux, nombre d'interventions sont en cours dont: le nettoyage des parements (7.000 m2), la restauration des parois et des sols endommagés, le drainage des eaux de ruissellement, des travaux d'étanchéité du sommet des galeries, ou encore la réouverture d'une ancienne baie pour créer une issue de secours. "Des travaux d'une telle ampleur sont une première en Europe.", a souligné Arnaud Gavroy. Il précise également que depuis le début des travaux, des débris de munitions datant des deux guerres mondiales ont été découverts.

Par la suite, les travaux d'aménagement d'un parcours scénographique débuteront dès mars 2017 et permettront d'allier la dimension ludique et éducative de la visite.

Le coup des travaux de restauration des souterrains s'élève 798.592 euros dont plus de 90% est subsidié par la région, tandis que le parcours scénographique représente un montant de plus d'un million d'euros, quasiment entièrement à charge de la Ville.

En attendant ces aménagements, les visiteurs sont invités à découvrir un parcours inédit au sein de la galerie des Boufflers, construite au 17e siècle.


Belga