Mons et la terre vues du ciel: les photos de Yann Arthus-Bertrand au pied du beffroi

Mons et la terre vues du ciel: comment faire d'une pierre deux coups au parc du beffroi !
4 images
Mons et la terre vues du ciel: comment faire d'une pierre deux coups au parc du beffroi ! - © Sophie Mergen - RTBF

Le célèbre cœur formé dans une forêt en Nouvelle-Calédonie. Les tapis multicolores de Marrakech au Maroc. Ou encore un festival religieux sur les bords du Gange, en Inde. Les photos les plus emblématiques de Yann Arthus-Bertrand s'exposent au grand air, à Mons, et dans un endroit stratégique: le parc du beffroi.

C'est donc sur les hauteurs de Mons que les visiteurs pourront admirer, en plus des toits de la cité du doudou, une centaine de clichés pris par le photographe français. L'auteur de "La Terre vue du ciel" était présent à Mons pour l'inauguration de cette double exposition, en extérieur et dans la salle Saint-Georges de l'hôtel de Ville.

Des rhinocéros à l'homme

Ses photos montrent la beauté du monde, mais aussi l'impact de l'homme sur la planète. En quarante ans de carrière, Yann Arthus-Bertrand a vu sa conscience écologique s'affiner. "Moi qui suis parti au Kenya étudier les lions, ma conscience, c'était de sauver les éléphants et les rhinocéros. D'ailleurs, ils sont en très mauvais état aujourd'hui. Mais maintenant, on sait bien que l'espèce la plus en danger, c'est nous. La difficulté, c'est que nous sommes notre propre ennemi. C'est difficile de consommer moins, de vivre d'une façon différente..."

Face aux enjeux pour l'avenir de l'humanité, celui qui est aussi réalisateur avoue être pessimiste. "Quand tu vois les chiffres, tu ne peux être que pessimiste. Ce qui se passe est extrêmement grave. En même temps, je ne peux pas croire que l'homme n'ait pas ce ressort pour empêcher la sixième extinction".

Le Yémen: magnifique et bombardé

Parmi toutes ces images qu'il nous a mises dans nos têtes, on demande à Yann Arthus-Bertrand d'en choisir une et de nous la commenter. "J'aime beaucoup cette photo de Sanaa, au Yémen, une des plus belles villes du monde. Aujourd'hui, les capitales, c'est du ciment, du béton. Là, c'est resté authentique." Une jolie carte postale qui tranche avec la souffrance d'un peuple. "Je ne peux pas m'empêcher de penser que la France est le troisième vendeur d'armes au monde. On fabrique des armes qui passent par l'Arabie saoudite et qui bombardent ce pays".

Infos pratiques: "EXPO LEGACY, l’héritage que nous laissons à nos enfants", au parc du beffroi de Mons (gratuit) et en la salle Saint-Georges de l'hôtel de ville (6 euros ou tarif réduit de 4 euros).