Mons 2015, L'Homme, le Dragon et la Mort - Coup de chapeau à Laurent Busine

L'Homme, le Dragon et la Mort - Mons 2015
5 images
L'Homme, le Dragon et la Mort - Mons 2015 - © RTBF - Pascal Goffaux - 2015

Un événement Mons 2015. Le Mac’s présente l’exposition L’Homme, le Dragon et la Mort en référence, Mons oblige, au célèbre combat dit Lumeçon, reconnu patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco. La lutte qui oppose St-Georges au Dragon se livre le dimanche de la Trinité qui coïncide avec la Ducasse de Mons.

Laurent Busine, directeur du Mac’s, partage le commissariat de l’exposition avec Manfred Sellink, directeur du Musée des Beaux-Arts d'Anvers et spécialiste de l'art des anciens Pays-Bas du 16e siècle. Laurent Busine signe sa dernière exposition en tant que directeur du musée des arts contemporains.

Elle réunit septante-cinq pièces de la Renaissance et six créations contemporaines . Andrea Mantegna, Le Tintoret, Tilman Riemenschneider, Albrecht Dürer … côtoient Luc Tuymans, David Claerbout, Giuseppe Penone et Angel Vergara Santiago.

Des tableaux et des sculptures des 15e et 16e siècles représentent la légende de St-Georges qui terrasse le dragon. Les œuvres contemporaines revisitent le mythe. Angel Vergara repasse sur le personnage du drame et caresse de son pinceau une statue équestre de St-Georges dans une vidéo qui redessine l’acte de peindre.

Dans la légende, St-Georges prend la décision courageuse d'affronter le dragon pour sauver la princesse que la bête immonde exige comme nourriture. St-Georges s'élève contre le mal. Il est un homme qui abat la bête et met le mal à terre.

La sculpture de Giuseppe Penone évoque la position de l’homme debout. L’artiste italien présente deux arbres dans la cour du Grand-Hornu. L’un gît au sol, horizontal, l’autre est un Arbre foudroyé . Le cœur qui a été touché est peint à la feuille d’or. L’arbre qui se tient droit est sublimé par l'épreuve de la foudre.

La vidéo de David Claerbout est un voyage au cœur d’une nature sombre et mystérieuse, une forêt profonde et inquiétante. Une rivière la traverse. L’œil imagine la grotte du Dragon et les marécages tout autour. Travel est un long travelling qui se termine par un zoom arrière. En s’éloignant, l’univers immense prend les dimensions d’un petit bosquet. En s’élevant au-dessus du paysage, l’œil distingue des dizaines de bosquets semblables. Le mythe marque une fois de plus notre imaginaire et inscrit le sauvage au fond d’un jardin secret, domestiqué en diable !

Luc Tuymans a offert St-Georges au Mac’s. Le tableau représente cinq personnages vus de dos. Ils contemplent un panorama. Ils voient ce que le spectateur du tableau ne distingue pas, mais celui-ci a la liberté d’imaginer. Tuymans fait entrevoir l’invisible. Toute légende, fruit de l’esprit humain, est une fiction à réinventer sans fin. St-Georges et le Dragon n’existent que dans l’esprit humain et les images des artistes. Elles accèdent au statut de chefs-d’œuvre si elles transforment le regard de tout homme sur le monde et sur la vie et si elles changent le hasard d’une existence en un destin qui grandit l’être.

L'Homme, le Dragon et la Mort est l’ultime proposition de Laurent Busine au Mac's à voir jusqu'au 17 janvier 2016

Laurent Busine au micro de Pascal Goffaux

Coup de chapeau à Laurent Busine

Laurent Busine présente son ultime proposition, en tant que directeur du Mac's.

En reprenant les titres des expositions dont il a été commissaire, on peut retracer le parcours artistique de cet enfant du terroir de Charleroi.

Un fil conducteur, la mémoire qui a toujours été au centre de ses expositions.

Est-il l'homme, finalement, d'une Seule exposition, en passant du Palais des Beaux-arts de Charleroi au Musée des Arts contemporains du Grand Hornu ?