"Masculinités", un projet qui "construit une approche féministe des masculinités"

"Masculinités", une exposition photo à découvrir à la Maison des Femmes de Schaerbeek du 10 janvier au 15 février 2019.
2 images
"Masculinités", une exposition photo à découvrir à la Maison des Femmes de Schaerbeek du 10 janvier au 15 février 2019. - © Odile Keromnes, 2018

Organisé par l’ASBL Le Poisson sans Bicyclette, le projet "Masculinités" comprend une exposition et une bande sonore qui interroge son public sur les nuances et les codes définissant les genres.

Les Séries photographiques "Drag King" et "Masculinités"

Les deux artistes Nora Noor et Odile Keromnes sont allées à la rencontre d’hommes et de femmes souhaitant casser les stéréotypes. Elles collaborent ensemble pour une exposition haute en couleur et pédagogiques !

Nora Noor expose des photographies de femmes portant des vêtements catégorisés comme "masculins". "Drag King" met en évidence la mixité des genres et n’hésite pas à brouiller les codes. Les sujets portent des moustaches, barbes et sourcils accentués au maquillage. Ces femmes sont accompagnées d’un arrière-plan blanc et d’un nuage de couleurs vives rappelant les couleurs du drapeau arc-en-ciel de la communauté LGBTQ. 

Les portraits de Vic, Odilon, Sasha Saruran, Jon, Billie, D-Side et Ricardo sont à la fois féminins par leurs postures et leurs regards, et masculins par leur apparence. Avec ses photos, Nora Noor a pour objectif de “casser la binarité de genre et de pousser le public à s’interroger sur les frontières entre le masculin et le féminin”.  

Odile Keromnes apporte avec ses œuvres, un autre point de vue de la masculinité avec des clichés de la vie quotidienne. Dans la rue, chez eux ou à leur travail, l’artiste a rencontré des hommes assumant pleinement leur côté féminin.  

Deux photos sortent du lot par leur manière intègre de mélanger les notions de genre. 

La première œuvre montre Flying Willy, un artiste de cabaret du Cabaret Mademoiselle à Bruxelles. Particularité essentielle à relever : dans cette activité, contrairement aux femmes, les hommes n’utilisent pas, voire très peu, les plumes dans leur spectacle. Est-ce un aspect trop sensuel pour les performeurs masculins ? Flying Willy n’hésite pas à jouer de sa personne et de son élégance en utilisant les plumes lors de ses nombreux spectacles.  

L’œuvre illustrant à merveille la mixité des codes du genre est sans conteste celle de Junior, un jeune homme noir qui se fait appeler Jhaya. La photo montre Junior en train de se maquiller devant son domicile, à Forest. L’homme arbore un maquillage violet qu’il associe à sa chevelure dotée de cette même couleur. Le choix de cette nuance n’est pas un hasard. En effet, dans le drapeau LGBT, le violet symbolise l’esprit et donc la manière de penser, l'envie de dépasser les limites des genres imposées par la société. Les choix de ses hommes, d’adopter des codes que l’on associerait davantage à la gent féminine, ne font que renforcer leur conviction et permet au public de s’interroger sur les différents types de masculinités. 

Parler de masculinités, pas toujours facile...

Pour accompagner l’exposition, l’ASBL Poisson sans Bicyclette a réuni une dizaine d’hommes pour un atelier créatif et d’écriture. Après six séances, trois ateliers de réflexion et trois ateliers d’écritures, la bande sonore "Masculinités" a vu le jour.  

Ces hommes se sont confrontés à leur propre expérience dans le but "de faire émerger des vécus et des questions qui leur sont personnels". Ils partagent leurs pensées en murmures, en fluidité et délicatesse comme s'ils récitaient des poèmes.

Un recueil de texte regroupe l’ensemble de leurs pensées et de leurs dialogues. Tous parlent de porter "un masque d’homme masculin", rappelant que les hommes eux aussi subissent des oppressions et qu’ils leur arrivent de se cacher, d’avoir peur de ne pas entrer dans la case “virilité”, par exemple. 

Bande sonore de l'exposition "Masculinités" - Le poisson sans bicyclette

Les informations pratiques :

Où et Quand ? Du 10 janvier au 15 février 2019, à la Maison des Femmes à Schaerbeek (Rue Josaphat 253, 1030 Schaerbeek)  

Un projet organisé par l’ASBL Le poisson sans bicyclette 

L’événement Facebook