Liège : l'art contemporain investit le centre-ville tout cet été et jusque fin octobre

L'oeuvre Sister de Charlotte Baudry
2 images
L'oeuvre Sister de Charlotte Baudry - © © Photo Guy Focant

La quatrième édition de l’exposition "Art Public" investit la ville de Liège jusqu’au 31 octobre 2020. Dix-huit artistes ont été invités à présenter une œuvre à intégrer dans le tissu urbain du centre-ville, indique Pierre Henrion, commissaire de l’exposition et membre de la commission des arts de Wallonie ayant initié l’événement.

Après Namur, Tournai et Charleroi, c’est à Liège que la commission des arts de Wallonie a choisi d’organiser la quatrième édition de l’exposition Art Public. Cette triennale aurait dû débuter en mai mais a été reportée en raison du contexte sanitaire lié à la pandémie de Covid-19. Dix-huit artistes ont été invités à présenter une œuvre, intégrée dans le tissu urbain de l’hyper-centre de Liège.

Aucune thématique n’a été imposée aux artistes, si ce n’est la nécessité de tenir compte de l’environnement architectural, urbanistique et humain des espaces proposés. Ceux-ci ont notamment été choisis pour leur fréquentation. Les œuvres ont ainsi été installées en 18 lieux de l’hyper-centre liégeois, de la place Xavier Neujean à la passerelle Saucy en passant par les places Cathédrale et de la République française. Parfois dans des lieux inattendus, comme sur le toit du parking Neujean où une sculpture jaune constitue une sorte de plate-forme depuis laquelle, grâce à des escaliers et une passerelle, le public pourra observer le toit de la collégiale Saint-Jean lui faisant face. Si cette plate-forme peut impressionner car elle s’avance dans le vide suivant une pente d’environ 25 degrés, son concepteur assure que les normes en vigueur sont respectées.

Cette triennale se caractérise aussi par la diversité des réalisations puisque la liberté d’expression a été laissée aux artistes. Ainsi, à côté de la sculpture jaune qui sert également de support à un jeu de lumière au dernier étage du parking Neujean, on peut aussi admirer une fontaine évoquant les anciennes roues à aubes activées par la Légia – ruisseau aujourd’hui invisible -, une main en bronze de près de huit tonnes ou encore une enseigne publicitaire et une béquille monumentales.

Alors, rendez-vous à la Cité ardente ?