Les maquettes de la marine napoléonienne exposées au Grand Trianon, à Versailles

L’Océan, vaisseau de 118 canons, dans son état de 1807
L’Océan, vaisseau de 118 canons, dans son état de 1807 - © Patrick Dantec

Seize maquettes de navires commandées par Napoléon à partir de 1810, dites "Collection Trianon", sont exposées tout l'été au château de Versailles pour une exposition qui raconte l'épopée de la marine impériale.

Cet ensemble de modèles réduits quitte pour la première fois depuis 1828 le Musée de la Marine, où il est conservé, et retrouve (jusqu'au 14 septembre) le lieu pour lequel il avait initialement été commandé, le Grand Trianon.

"La mer est la grande oubliée de la légende napoléonienne. Pourtant, dès son arrivée au pouvoir, Bonaparte en fait l'une de ses préoccupations majeures avec l'ambition d'édifier une marine aux dimensions de l'Europe capable de rivaliser avec l'hégémonie anglaise", expliquent les organisateurs.

Décidée par Napoléon en 1810, alors qu'il procédait à l'aménagement du Grand Trianon en vue de s'y installer avec l'impératrice Marie-Louise, la constitution de la "Collection Trianon" fut confiée à Jacques-Noël Sané (1740-1831), inspecteur général du Génie maritime.

Vaisseaux, frégates ou corvettes témoignent des différents types de navires de guerre de l'époque napoléonienne.

"Alors qu'on aurait pu croire cette collection simple à constituer, le projet se poursuivit après l'Empire, sous la Restauration", soulignent les organisateurs.

Certaines maquettes comme "Le Friedland", un vaisseau de 80 canons, n'arriveront même jamais à Trianon.

Figurent aussi des modèles de navires construits avant le lancement de la collection, comme celui de "L'Océan", un vaisseau à trois ponts mis en service en 1790 sous le nom d'"États-de-Bourgogne",et considéré comme le chef-d'oeuvre de Jacques-Noël Sané.

L'exposition est accompagnée de plans, archives et portraits de marins ayant mené ces bâtiments au combat ainsi que d'objets de marine (porte-voix, sabres, fusils...), qui permettent aux visiteurs de se figurer l'utilisation de chaque navire.

 

AFP Relax News

Et aussi