Les livres censurés ont dorénavant leur propre musée en Estonie

De nombreux livres continuent d’être censurés dans le monde, pour des raisons parfois surprenantes. Ce phénomène est au centre du musée Banned Books de Tallinn, qui vient d’ouvrir ses portes.

Ce musée propose de se plonger dans l’histoire de la censure littéraire à travers une centaine d’ouvrages, qui ont été ou continuent d’être interdits dans des pays tels que la Chine, la Russie et l’Estonie. Parmi eux se trouvent les classiques Nous autres de Yevgeny Zamyatin et Sa Majesté des mouches de William Golding, mais aussi des best-sellers plus récents comme Da Vinci Code de Dan Brown et La servante écarlate de Margaret Atwood.

Malgré son succès retentissant, le roman de Dan Brown a été interdit à la vente au Liban suite à une plainte des autorités chrétiennes, car jugé "insultant" à cause de ses allusions à la vie privée de Jésus. De son côté, Margaret Atwood a fait des émules dans certains coins des États-Unis. A tel point qu’il a été inclus dans le classement des dix livres les plus souvent censurés en 2019 de l’American Library et l’Office for Intellectual Freedom.

Ces histoires sont racontées dans le musée Banned Books afin de faire en sorte que "les gens puissent continuer à progresser tout en étant capables de partager, de remettre en question et d’affiner librement leurs idées".

Nous essayons de les faire réfléchir sur le concept de liberté d’expression et le libre-échange des idées. […] Je suis convaincu qu’il devrait y avoir un petit coin dans le monde, où ces idées peuvent être préservées. Où elles peuvent être conservées et protégées

explique Joseph M. Dunnigan, fondateur du musée.

Le musée devrait aussi proposer des animations et événements autour de la censure en littérature. Un podcast et un club de lecture sont en projet.