Les Inuits canadiens cherchent à uniformiser leur alphabet

Femme Inuit
Femme Inuit - © AFP PHOTO CARLO ALLEGRI

Des représentants des 60.000 Inuits du Canada se réunissent à partir de vendredi à Ottawa pour adopter un alphabet unique, ce peuple de l'Arctique établi sur quatre fuseaux horaires utilisant actuellement neuf écritures différentes et autant de dialectes.

Les habitants du Grand Nord débattent depuis septembre dernier de l'opportunité d'uniformiser l'écriture de l'inuktitut, suivant les recommandations d'un rapport de 2011 sur l'amélioration de l'éducation des Inuits.

"Les Inuits possèdent une culture et une société universelles, et notre langue a une base commune mais les différents dialectes peuvent rendre difficile la compréhension commune", a expliqué le dirigeant de l'Inuit Tapiriit Kanatami, l'organisation représentant les Inuits du Canada. D'une communauté inuit à l'autre, "on se comprend, mais avec des limites", a dit M. Obed.

Mettre en place un alphabet unique aidera à revitaliser l'inuktitut autour d'un même socle, juge-t-il. Cette langue, et ses variantes, est en effet parlée en Alaska, au Groenland ainsi qu'en Russie.

Ces efforts linguistiques auront des retombées positives sur l'éducation, la culture, la gouvernance et l'économie de l'Arctique, espère-t-il.

L'inuktitut s'est scindé en différents dialectes au Canada il y a plusieurs siècles, à mesure que les communautés d'Inuits prospéraient éloignées les unes des autres dans le Grand Nord. L'arrivée des missionnaires catholiques a accentué les disparités de langage car ces derniers ont développé diverses formes d'écriture tout en convertissant ces autochtones.

Dans certains cas, l'alphabet latin a été adopté, dans d'autres un nouvel alphabet a été développé: le syllabaire inuktitut, constitué de formes triangulaires, cercles, points et traits.

Les contacts avec les chasseurs de baleine et les trappeurs, à la recherche de fourrures, ont également eu une incidence sur les dialectes inuits. A tel point désormais qu'un autochtone vivant aux confins de la mer de Beaufort, proche de la frontière entre Alaska et Canada, peut être incapable de prononcer ou comprendre certains mots utilisés à Iqaluit, la capitale du territoire du Nunavut, située à plusieurs milliers de km à l'est.

La question d'un unique alphabet reste "controversée" car "les Inuits n'avaient pas du tout de système d'écriture avant l'arrivée des Européens", a relevé M. Obed. Une majorité d'autochtones de l'Arctique utilisent actuellement le syllabaire mais des linguistes estiment que l'alphabet latin, préféré par les jeunes Inuits, est plus simple d'usage et faciliterait les échanges en cet âge numérique. Ces travaux sur la standardisation de l'inuktitut doivent prendre fin en 2017.


Belga