Le Tate Modern célèbre l'art noir américain avec l'exposition "Soul of a Nation"

Romare Bearden, "Pittsburgh Memory" (1964)
8 images
Romare Bearden, "Pittsburgh Memory" (1964) - © Romare Bearden Foundation/DACS

À découvrir jusqu'au 22 octobre au Tate Modern de Londres, l'exposition "Soul of a Nation: Art in the Age of Black Power" compile des oeuvres majeures retraçant 20 ans d'art et d'activisme noirs en Amérique.

L'exposition se penche sur la question de l'artiste noir aux États-Unis pendant des décennies de racisme avéré, de troubles politiques et dans le contexte de la naissance du Black Power.

La rétrospective s'ouvre en 1963, à l'apogée du mouvement des droits civiques et revient sur ses ambitions d'intégration, qui ont ouvert la voie à l'affirmation d'une autonomie, d'une solidarité et d'une fierté afro-américaines.

Dans la culture américaine, la question raciale s'est inscrite au coeur de la musique, du sport et de la littérature, des domaines respectivement représentés par des figures emblématiques telles qu'Aretha Franklin, Mohamed Ali (représenté sur une sérigraphie d'Andy Warhol) ou Toni Morrison.

Les artistes noirs ont rendu hommage à des figures politiques comme Martin Luther King, Malcolm X ou Angela Davis. Le "Black art" expérimente et tous les supports sont utilisés pour (ré)inventer une identité.

À travers 150 oeuvres et plus de 60 artistes, dont la plupart sont présentés pour la première fois au Royaume-Uni, "Soul of a Nation" présente la manière dont l'identité américaine a été repensée par différentes communautés.

Soul of a Nation: Art in the Age of Black Power

“Extraordinary times call for extraordinary shows.” - Independent Soul of a Nation: Art in the Age of Black Power opens today at Tate Modern. Members enjoy free entry. Book now: https://goo.gl/qWYYJ6

Publié par Tate sur mercredi 12 juillet 2017

Les artistes ont réagi à ces périodes explosives en bousculant les conventions via divers support visuels : de saisissants tableaux, de gigantesques fresques murales, d'innombrables sculptures, collages et photographies.

L'exposition s'ouvre sur la formation du Spiral Group en 1963. Le collectif new-yorkais se compose de figures clés comme Romare Bearden et Norman Lewis, qui ont réalisé des photomontages et des peintures en réaction aux événements dont ils étaient témoins. Ces oeuvres étaient exposées dans des galeries alternatives appartenant à des membres de la communauté noire. Des photos d'archive et des documents illustrent le mouvement des peintures murales, comme le ‘Wall of Respect' de Chicago et les fresques 'Smokehouse' de Harlem. Emory Douglas, ancien ministre de la Culture du parti des Black Panthers, s'était exclamé : "Le ghetto lui-même est une galerie".

"Soul of a Nation" réunit tous les styles, figuratifs (Faith Ringgold et son triste "American People Series #20: Die", 1967) ou abstraits (Wadsworth Jarrell et son "Black Prince", 1971), ainsi que de la photographie (notamment des travaux de Roy DeCarava). L'exposition évoque aussi l'émergence du féminisme noir et la question de la représentativité (à travers l'œuvre de Betye Saar et de Kay Brown).

Après le Tate Modern, l'exposition s'installera au Crystal Bridges Museum of American Art de Bentonville dans l'Arkansas, puis au Brooklyn Museum de New York.