Le Prado bicentenaire restaure et met à l’honneur Fra Angelico

Miguel Falomir, directeur du musée du Prado; Simonetta Brandolini d'Adda; et Christina Simmons avec "L'Annonciation du couvent San Marco" de Fra Angelico.
2 images
Miguel Falomir, directeur du musée du Prado; Simonetta Brandolini d'Adda; et Christina Simmons avec "L'Annonciation du couvent San Marco" de Fra Angelico. - © Museo del Prado. Courtesy Friends of Florence and American Friends of the Prado Museum

Le Musée du Prado de Madrid, qui célèbre cette année son bicentenaire, a présenté mercredi la restauration du retable « L’Annonciation » du maître de la Renaissance italienne Fra Angelico auquel il va consacrer une exposition.

Les restaurateurs du musée madrilène ont travaillé pendant plus d’un an pour remettre en valeur les couleurs vives et la lumière de l’oeuvre, caractéristiques du peintre et moine florentin du XVe siècle.

Le retable, panneau placé dans les églises et représentant souvent des scènes bibliques, dépeint ici l’Annonciation de l’archange Gabriel à la Vierge Marie, et sur le côté l’expulsion d’Adam et Eve du Paradis. Peint au milieu de la décennie 1420-1430, le retable restauré impressionne particulièrement par le doré des ailes de l’archange et d’un rayon de soleil traversant l’oeuvre, et par le puissant bleu du manteau qui enveloppe la Vierge.

« Nous avons récupéré l’intense lumière blanche qui enveloppe toute la composition, nous avons récupéré les couleurs brillantes et transparentes de Fra Angelico », a expliqué à l’AFP la restauratrice de l’oeuvre, Almudena Sanchez.

La restauration, financée par un apport de 150.000 euros de deux associations de mécènes, a notamment consisté à retirer une couche de pollution qui assombrissait les couleurs et à redonner à l’aile, couverte de vernis, son éclat original.

Le musée du Prado, qui a reçu l’an dernier 2,9 millions de visiteurs, consacrera du 28 mai au 15 septembre une exposition aux débuts de la Renaissance, dans les années 1420 et 1430 à Florence, dont l’Annonciation de Fra Angelico est l’oeuvre centrale.

Fra Angelico, né Guido di Pietro, peintre et moine florentin du XVe siècle, est avec d’autres Florentins comme les peintres Masaccio et Masolino, le sculpteur Donatello ou l’architecte Brunelleschi, l’un des pionniers de la Renaissance dans l’art.