Le Musée Jacquemart-André rend hommage au portrait florentin

Portrait d'Eléonore de Tolède, Agnolo Bronzino,1522, NárodnÍ Galerie
9 images
Portrait d'Eléonore de Tolède, Agnolo Bronzino,1522, NárodnÍ Galerie - © National Gallery of Prague 2014

Jusqu'au 25 janvier, le musée parisien s'attarde sur les grands noms du portrait florentin à travers une quarantaine d'œuvre du XVIe siècle.

Véritable symbole de puissance, marqueur social et surtout moyen de porter son visage à la postérité, le portrait est le passage obligé pour tout membre de l'élite florentine du XVIe siècle. Un genre qui a évolué au fil du Cinquecento, un siècle culturellement et religieusement mouvementé. Des changements de style que mettra en évidence l'exposition.

Divisée en cinq séquences, la présentation s'organise comme une histoire thématique du portrait sous les Médicis, cette puissante famille florentine.

Si les premières représentations du début du siècle sont sévères, car liées aux valeurs stoïciennes attachées à la période républicaine, les mises en scène prennent une allure beaucoup plus guerrière par la suite. Des hommes dépeints de manière héroïque car au service d'Alexandre et Côme de Médicis, qui sont dans l'affirmation de leur pouvoir.

Une troisième partie s'attarde sur le portrait de cour, un genre particulièrement luxueux et élégant. Une discipline dans laquelle s'est manifesté Bronzino à travers des œuvres somptueuses comme des peintures sur cuivre ou lapis-lazuli. Il sera ensuite question de l'importance de la poésie et de la musique associées aux représentations.

Enfin, l'ultime partie sera dédiée à deux tendances de la fin du siècle : le langage allégorique et le retour à la simplicité.

Outre les ouvrages de Bronzino, les visiteurs pourront redécouvrir les œuvres d'autres grands peintres du Cinquecento comme Rosso Fiorentino, Andrea del Sarto, Alessandro Allori, Francesco Salviati et Pontormo.

L'expo sur le site du Musée Jacquemart-André: http://florence-portraits.com

 

("Florence, portraits à la cour des Médicis", du 11 septembre au 25 janvier 2016 au Musée Jacquemart-André à Paris)