Le Musée Charlier rend hommage aux Cluysenaar, famille de cinq générations d'artistes

Alfred Cluysenaar, "Le portrait de Mme Alfred Cluysenaar", col. Musée Charlier
Alfred Cluysenaar, "Le portrait de Mme Alfred Cluysenaar", col. Musée Charlier - © ©Musée Charlier

Le Musée Charlier à Bruxelles rend hommage, du 6 novembre au 16 janvier, aux Cluysenaar, une famille de cinq générations d'artistes bruxellois et ce, à la suite du don récent au musée de peintures et de sculptures liées à ce "clan" artistique.

Les œuvres issues de cette donation, complétées par une sélection de créations, de documents et d'objets prêtés par la famille ainsi que par la Fondation Cluysenaar ou encore par des pièces provenant de collections publiques, constituent l'ossature de cette manifestation.

Le "patriarche" de la famille est l'architecte Jean-Pierre Cluysenaar (1811-1880). Ses constructions publiques de style éclectique jalonnent encore aujourd'hui la capitale. On pense ici aux Galeries royales Saint-Hubert (1845-47) et au Conservatoire de Bruxelles (1872-76). Mais il dessina également des maisons de maître, dont le fameux Hôtel de Meeus (1861), ainsi que des maisons de campagne et des châteaux comme la villa Servais (1851) à Hal, le château Rey (1852-53), l'actuelle maison communale de Drogenbos ou encore le château du baron de Viron, l'actuelle maison communale de Dilbeek.

A la suite d'une donation, deux sculptures de son fils, Alfred Cluysenaar (1837-1902), ont rejoint les collections du musée: un relief en bronze, "Mazeppa", et le buste du peintre Eugène Laermans. L'artiste, élève du sculpteur Joseph Jaquet et du peintre François-Joseph Navez à l'Académie de Bruxelles, a peint des scènes historiques et décoré les plafonds de l'Université de Gand et ceux de la maison communale de Saint-Gilles (Bruxelles). Mais il est avant tout apprécié comme portraitiste réaliste.

Après son déménagement en Angleterre en 1902, André Cluysenaar (1872-1939), élève de son père Alfred, se consacrera pour sa part aux scènes domestiques comme en témoignent les peintures à l'huile de son épouse et de sa fille Arla, mais aussi aussi aux portraits comme ceux de membres de la noblesse anglaise et belge, notamment le portrait de Mademoiselle Mitchell, récemment acquis par le musée.

Son fils John Cluysenaar (1899-1986) s'illustra en remportant, à l'âge de 25 ans, le Prix de Rome de sculpture. Il réalise des bustes et des postures sensuelles de femmes tels que la statue en bronze "Souvenir" (1927). Après 1939, sous l'influence des expressionnistes américains, il commencera à peindre des portraits d'inspiration spontanée. En 1955, après un long séjour en Angleterre et en Irlande, il s'installera en Belgique et concevra jusqu'à sa mort des visages et des masques colorés évoquant l'Art tribal et l'Art brut.

Enfin, après ses études au Trinity College de Dublin, la fille de ce dernier, Anne Cluysenaar, née en 1936, publie des ouvrages sur la poésie irlandaise et anglaise contemporaine ainsi que ses propres poèmes ("Water to Breath" (2009) et "Migrations" (2011), entre autres). Elle vit et travaille actuellement au Pays de Galles.

Le Musée Charlier est accessible au public du lundi au jeudi de 12h00 à 17h00 ainsi que le vendredi de 10h à 13h.


Belga

Et aussi