"Le Moyen Âge est à mourir de rire", la face espiègle du Moyen-Age pour l'ouverture le 18 septembre du KBR Museum

Singes farceurs, scènes grivoises, hybrides loufoques… Les manuscrits dévoilent aussi un Moyen Âge joyeux et anticonformiste. Pourtant, on associe souvent l’époque médiévale à une période sombre et austère. Le 18 septembre, le KBR, ex- Bibliothèque royale de Belgique, à Bruxelles, inaugure son nouveau musée avec "Le Moyen Âge est à mourir de rire" . Une exposition quifait le pari de changer votre regard sur cette période. 

5 images
"Le Moyen Âge est à mourir de rire", à partir du 18 septembre au KBR à Bruxelles © KBR

L'époque médiévale est fréquemment associée à une période sombre et austère avec ses guerres, ses famines, ses épidémies alors que la religion chrétienne impose ses normes morales. Mais les manuscrits nous transmettent une autre image de la société médiévale à travers les textes, les images et les "marges", soit les bords des pages truffés d'éléments parfois très drôles, voire franchement satiriques, et ce juste à côté de textes souvent religieux. A se demander quelle partie de la page intéressait vraiment les lecteurs.

5 images
"Le Moyen Âge est à mourir de rire", à partir du 18 septembre au KBR à Bruxelles © KBR

A partir de 1250, des "drôleries" vont envahir les marges des manuscrits du Nord de l'Europe, favorisant l'éclosion d'un espace d'expression et de liberté pour des lecteurs qui se muent en spectateurs. Elles vont devenir le lieu d'un inversement du monde, un "mundus inversus", où l'ordre des choses va changer. On verra, par exemple, des soldats fuir devant des escargots et un âne enseigner les Écritures. 

Mais les textes, eux aussi, vont révéler un MoyenÂge vivant et fantaisiste comme on peut le constater notamment dans le "Roman de Renart", très lu au cours de cette période et qui est emblématique de ces animaux qui tournent l'être humain en dérision.

 

 

 

5 images
Le roman de Renart © BnF

 Les romans chevaleresques, quant à eux, dénotent aussi d'un goût affirmé pour une littérature légère: amour, combats épiques, philtres magiques, "magouilles politiques" et même un zeste d'érotisme.

Il y a six siècles, Bruxelles appartenait Ducs de Bourgogne, les souverains les plus riches et puissants d'Europe. Fins politiciens et mécènes cultivés, ils réuniront un imposant trésor et, avant tout, une collection unique de manuscrits, rescapée des outrages du temps et de l'Histoire, et qui est conservée sous l'appellation "Librairie des Ducs de Bourgogne". Elle compose le noyau des collections du KBR. 

5 images
"Le Moyen Âge est à mourir de rire", à partir du 18 septembre au KBR à Bruxelles © KBR