Le foot et les oeuvres d'art

 

 

 

10. Adel Abessemed

11 images
"Coup de tête" de l'artiste algérien, Adel Abdessemed, placé devant Beaubourg à Paris. © AFP PHOTO KENZO TRIBOUILLARD

2012. L'artiste algérien Adel Abdessemed est invité à exposer ses œuvres au Centre Pompidou à Paris. L'une d'entre elles va déclencher une polémique. Une sculpture en bronze haute de 5 mètres, qui représente le coup de tête de Zinédine Zidane à Marco Materazzi durant la finale de la Coupe du Monde de 2006. Baptisée "Coup de tête", l’œuvre est érigée devant Beaubourg, et va susciter la réaction du monde du football amateur, qui va écrire une lettre ouverte à Zidane en lui demandant de dénoncer cette sculpture. "En faisant ce choix provocateur et en raison de la force du symbole, l'auteur a délibérément choisi d'occulter tout votre talent et toutes les émotions positives que vous avez su faire partager à notre pays", écriront-ils à l'ancien champion. De son côté, le président du Centre Pompidou réagira en parlant d'appel à la censure.

Si cette œuvre a fait couler beaucoup d'encre, elle n'est pas la seule à mettre en valeur le football. On le sait peu, mais les plus grands artistes se sont penchés sur l'univers du ballon rond, comme vous allez le découvrir avec les exemples qui suivent.

9. Léonard de Vinci

11 images
Mona Visa © d'après Léonard de Vinci

Réalisée au début du XVIe siècle, et exposée au musée du Louvre, "La Joconde" de Léonard de Vinci n'a plus besoin d'être présentée. Mais peu de gens savent par contre que de Vinci était un grand amateur de football. Il a ainsi déclaré dans le journal "L'équipe" du 4 juin 1502 que son joueur préféré était l'attaquant Paolo Rossi. Et le football fut souvent présent dans des versions intermédiaires de ses plus grandes œuvres, comme vous pouvez le voir avec ce qui a bien fallu être le tableau définitif de "La Joconde". Baptisé "La Jocoupe du Monde" et sous-titré "Mona visa le goal", cette œuvre est actuellement exposée dans les toilettes de Silvio Berlusconi.

 

8. Léonard de Vinci (encore)

11 images
La chaîne © d'après Léonard de Vinci

On vient de le dire, Léonard de Vinci était un vrai passionné de football. Sur le forum de Sud Presse, en commentaire d'un article sur l'émission "Café Brazil" de Stéphane Pauwels, il écrit le 11 mai 1504 "Viva l'équipe d'Italie ! Viva le football !"

Une passion que l'on retrouve dans une autre de ses plus célèbres œuvres, "La cène". Un tableau qu'il peint entre 1494 et 1498 pour le réfectoire du couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie à Milan. Il avouera d'ailleurs dans ses mémoires "Da veni, Da vidi, Da vinci" avoir accepté cette commande en échange d'une visite privée du stade de la Juventus et d'une rencontre avec ses joueurs. Il en profitera pour leur offrir une version alternative de "La Cène". Baptisé "La chaîne", le tableau fut longtemps considéré comme définitivement perdu, avant d'être retrouvé il y a peu dans la salle d'affinage des fromages de l'Abbaye de Maredsous. Les experts ont souligné depuis son audace, son originalité et sa forte odeur.

7. Édouard Manet

11 images
Le déjeuner sur la pelouse du stade © d'après Edouard Manet

Si on connaît le tableau d’Édouard Manet sous le nom de "Le déjeuner sur l'herbe", il s'est d'abord appelé "Le bain" puis "La partie carrée". Un titre qui n'a pas manqué de déclencher un scandale lors de sa présentation au Salon de Paris. Datant de 1863, "Le déjeuner sur l'herbe" a également connu une autre version, nettement moins connue : "Le déjeuner sur la pelouse du stade".

Manet y exprime son amour pour le football, et en particulier pour le joueur Zinédine Zidane. Exposée dans le placard à chaussures de Yannick Noah à New York, "Le déjeuner sur la pelouse du stade" offre un autre éclairage à la célèbre toile de Manet, et permet notamment de mieux comprendre pourquoi la jeune fille se penche à l'arrière-plan. Quant à la femme nue à l'avant-plan, des spécialistes y voient une allusion à Zahia. Mais dans ce cas, les deux hommes à ses côtés seraient-ils une référence à Franck Ribery et Karim Benzema ? Le mystère reste entier.

6. Pablo Picasso

11 images
Guernikakà © d'après Pablo Picasso

Picasso a peint "Guernica" pour l'Exposition Internationale de Paris en 1937. Une œuvre qui dénonce le bombardement de la ville de Guernica durant la guerre d'Espagne. Mais ce que l'on sait moins, c'est que quelques années plus tard, Picasso reprit ses pinceaux pour livrer une nouvelle version de son chef d’œuvre.

Très inspiré par la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud, l'artiste rajoute dans le tableau sept vuvuzelas, pour dénoncer le bruit et la fureur des supporters dans le stade. Et il change le titre, pour rendre hommage au joueur Ricardo Izecson dos Santos Leite, plus connu sous le pseudonyme de Kaká. "Guernikaká" n'aura malheureusement pas le même retentissement que le tableau original. Il est actuellement exposé dans le fumoir de Juan Carlos, entre deux cornes d'ivoire d'éléphants tués par l'ancien roi d'Espagne.

5. Edvard Munch

11 images
Le Ribécry © d'après Edvard Munch

Célèbre tableau expressionniste de l'artiste norvégien Edvard Munch (surnommé "Edvard aux mains d'argent"), "Le cri" a d'abord connu une première version. Elle ne fut pas retenue au final par le peintre, car elle faisait bien trop peur à tous ceux qui la voyaient. Il se dit notamment que des femmes accouchaient à sa simple vision, alors qu'elles n'étaient même pas enceintes.

Cette version, baptisée "Le Ribécry", aurait été inspirée par un célèbre footballeur français. Mais l'artiste n'a jamais souhaité révéler son nom. "Le Ribécry" est actuellement exposé dans le studio d'enregistrement de Björk et serait à l'origine des nombreux cris de la chanteuse islandaise sur ses albums.

4. Johannes Vermeer

11 images
La jeune italienne au turban © d'après Vermeer

Également nommé "La jeune fille au turban", "La jeune fille à la perle" de Vermeer est exposé à La Haye. On a longtemps jasé sur la jeune fille sur ce tableau, surnommé "La Joconde du Nord". S'agissait-il d'une habitante de Delft ? De la fille aînée de l'artiste ? Ou encore un personnage imaginaire et idéalisé ?

Une récente découverte d'une ébauche de l’œuvre a bouleversé les historiens, et laisserait à penser qu'il s'agissait en réalité d'une italienne ! Cette ébauche, d'une valeur inestimable, est actuellement exposée dans un champ de tulipes, dans le jardin de Brigitte La Haye.

3. Andy Warhol

11 images
Marilyn, une blonde platini © d'après Andy Warhol

Marilyn Monroe fut source d'inspiration de différents tableaux d'Andy Warhol, dont le célèbre "Diptyque Marilyn" en 1962. Mais le roi du pop art aimait représenter d'autres grandes figures artistiques de son époque. C'est ainsi qu'en 1967 il livre deux versions de son "10 Marilyn". La première, et la plus connue d'entre toutes, montre dix visages de l'actrice américaine.

La deuxième, passée complètement inaperçue, glisse subtilement l'image d'un célèbre joueur de foot français entre 9 portraits de Monroe. Sobrement intitulé "Marilyn, une blonde platini", ce tableau est actuellement en possession de Michel Platini lui-même. Il l'a exposé dans son salon, au 83ème étage d'un building sécurisé d'où il peut regarder le monde de haut, et lâcher des conneries du style "Il faut dire aux Brésiliens qu’ils ont la Coupe du monde et qu’ils sont là pour montrer la beauté de leur pays et leur passion pour leur football. S’ils peuvent attendre au moins un mois avant de faire des éclats sociaux, ça serait bien pour l’ensemble du Brésil et la planète football".

En entendant cette déclaration, Andy Warhol est tombé malade. On lui souhaite de bien vite se remettre de sa variole, Warhol.

2. Vincent Van Gogh

11 images
La chambre de Van Gogh à Arles avant d'aller à l'entraînement © d'après Van Gogh

Réalisée en 1888, "La chambre de Van Gogh à Arles" est exposée au musée Van Gogh à Amsterdam. Si les historiens de l'art connaissent trois versions de cette peinture (l'original ayant été abîmé), ils ignorent par contre l'existence d'un quatrième tableau.

Baptisé par son auteur "La chambre de Van Gogh à Arles avant d'aller à l'entraînement", on peut y voir la présence de chaussures à crampons au pied de son lit. On le sait en effet peu, mais Van Gogh jouait avant-centre dans l'équipe de Arles. Paul Gauguin fut lui-même gardien de but de l'équipe, mais fut vite renvoyé car son jeu était qualifié de trop " postimpressionniste ". Le tableau est actuellement exposé dans le vestiaire de l'équipe de foot de Saint-Étienne. Mais on ne sait toujours pas comment il a atterri là.

 

1. Magritte

11 images
Le fils de Preud'homme © d'après Magritte

C'est en 1964 que René Magritte peint "Le fils de l'homme". Typique de l'esprit du peintre surréaliste, on y voit un homme, le visage caché par une pomme verte. Dans la foulée, Magritte peindra un autre tableau, baptisé "Le fils de Preud'homme", qui vaudra à l'artiste un procès de Michel Preud'homme, qui a cru se reconnaître derrière le ballon. Il finira par perdre devant les prud'hommes, Preud'homme. Ce tableau, vu par Preud'homme et par peu d'hommes, a été récemment racheté par Stromae, qui l'a exposé dans sa garde robe, au milieu de ses petits polos de toutes les couleurs.

 

Christophe Bourdon