La ville latino-américaine, la photographie surréaliste...: les expos de la 48e édition des Rencontres d'Arles

La ville latino-américaine, la photographie surréaliste...: les expos de la 48e édition des Rencontres d'Arles
La ville latino-américaine, la photographie surréaliste...: les expos de la 48e édition des Rencontres d'Arles - © www.rencontres-arles.com/

Pour sa 48e édition, les Rencontres de la photographie d'Arles, grand messe de la discipline, s'offre le travail de 250 artistes dans 25 lieux. Au programme, la Colombie, la poésie du territoire par la regrettée Kate Barry, désordres climatiques ou l'Iran de 1979, etc. Tour d'horizon des expositions du cru 2017, du 3 juillet au 24 septembre.

"Toutes proportions gardées... Nains, Hercules et géants. Collection Claude Ribouillault" à Croisière de 10h à 19h30
Colosses de spectacles, lilliputiens ou encore gnomes et ogres, les différences marquées de taille ont toujours attiré l'oeil humain par curiosité bien ou mal placée. Les pièces de l'exposition "Toutes proportions gardées... Nains, Hercules et géants", issues de la collection de Claude Ribouillault, évoquent aussi la vie privée de ces individus hors normes, mais aussi des portraits professionnels et promotionnels qui semblent revendiquer leur particularisme au nom du record.

"On aime l'art...!! Agnès B. Un choix d'Eric Mezil dans la collection Agnès B." au Grand Arles Express de 11h à 19h
Styliste, réalisatrice mais aussi productrice de films, l'énième corde à l'art d'Agnès B. est celle de la collection. Grande découvreuse d'artistes, elle a ouvert en 1983 sa propre galerie et trouve des merveilles photographiques datant des années 1930 à nos jours. Cette exposition arlésienne se focalise sur les grands artistes, qu'elle a collectionnés telle une pionnière.

"Le spectre du surréalisme, une exposition du 40e anniversaire du centre Pompidou" à l'atelier des Forges de 10h à 19h30
Dans le cadre des festivités relatives à son 40e anniversaire, le Centre Pompidou s'invite aux Rencontres d'Arles et offre une exposition consacrée aux rencontres entre photographie et surréalisme.

"Iran, année 38, 66 photographes iraniens" à l'église Saint-Anne de 10h à 19h30
66 photographes iraniens viennent à Arles brosser le portrait de leur pays à travers du photojournalisme, des images documentaires ou artistiques.

"Gideon Mendel, un monde qui se noie" à Ground Control de 10h à 19h30
Le photographe Gideon Mendel se focalise sur la dimension humaine du changement climatique, et notamment dans les zones d'inondations. Depuis 2007, il s'est documenté sur treize pays. La série "Traces d'eau" présente des agrandissements de clichés abîmés par les inondations , tandis que "Ligne de crue" souligne les marques laissées par les eaux dans les espaces domestiques. Et enfin, "Portraits submergés" est constituée de portraits intimes des victimes.

"Kate Barry" à l'Abbaye de Montmajour de 10h à 18h30
Si la regrettée Kate Barry est plus connue pour ses clichés de stars et de mode, elle a mené en parallèle un travail qui rend hommage au paysage, plein de silence et de solitude. À ces clichés s'ajoutent quelques mots et un film réalisé à Savannah en 2007, où elle était revenue sur les traces d'une auteure qu'elle admirait : Flannery O'Connor.

"Pulsion urbaine, photographie 1960-2016" à l'espace Van Gogh de 10h à 19h30
Choisis dans la collection de Leticia et Stanislas Poniatowski, les clichés de l'exposition "Pulsions urbaines" retracent un demi-siècle de photographie latino-américaine et dressent le portrait d'un continent tiraillé entre le monde préhispanique et l'univers postcolonial.


AFP