"La revanche de Vermeer" : le peintre en sous-couche

The Art of Painting/The Allegory of Painting (c. 1666–68), Johannes Vermeer
The Art of Painting/The Allegory of Painting (c. 1666–68), Johannes Vermeer - © Tous droits réservés

Le reportage de Jean-Pierre Cottet fait la part belle à Johannes Vermeer, un peintre au destin énigmatique.

 

Le peintre hollandais Johannes Vermeer n’a laissé derrière lui que 37 toiles connues, et pourtant les artistes de son temps, à l’image de son confrère Rembrandt avaient une production prolifique. Vermeer a pourtant connu son petit succès de son vivant mais aurait été ensuite relayé à l’ombre avant que l’on ne déterre ses tableaux et qu’une Vermeermania” déferle parmi les amateurs d’art. Le peintre hollandais est l’auteur de plusieurs des oeuvres les plus connues au monde comme La Jeune Fille à la Perle” ou La Laitière”. Le reportage de Jean-Pierre Cottet se demande comment est-ce possible que Vermeer n’ait peint que si peu de toiles et ait été relégué à l’anonymat pendant des siècles ? Qui était ce mystérieux artiste originaire de Delft dont l’Histoire a oublié la sienne ? 

 

Johannes Vermeer est né en 1632 d’un père ambitieux et sanguin et d’une mère illettrée. Il est protestant par sa famille mais se convertira au catholicisme par la suite. Vermeer aime peindre les femmes en leur donnant une sensualité simple mais lumineuse, dans un contexte calviniste rigide. Le peintre s’évade dans ses peintures tandis que son pays est à feu et à sang dans les guerres de religion. Autour de lui, le milieu artistique hollandais peint à foison des toiles montrant les moeurs de l’époque grossières et lubriques. 

 

 

“La Revanche de Vermeer” est à voir sur Arte ou ci-dessous.