La Normandie des Impressionnistes élargit la palette du Guide du Routard, et de son auteur, Philippe Cloaguen

Christine Pinchart a rencontré Philippe Cloaguen:  

 L’ouvrage en témoigne, la Normandie, est berceau de l’Impressionnisme ?

 L’Impressionnisme est totalement lié à la Normandie, et exclusivement à la Normandie.  D’ailleurs la plupart des peintres pré-impressionnistes, Eugène Boudin  par exemple, vivaient à Honfleur. Turner, lorsqu’il a peint des choses qui rappelaient l’Impressionnisme, était en Normandie. Monet bien sûr, qui s’est installé rapidement à Giverny.

Pour quelle raison, cet engouement pour la Normandie, selon vous ?

Je pense pour son climat lunatique, son ciel changeant, ses périodes d’orage, effacées en cinq minutes par un soleil resplendissant, et ces couleurs vives. Tout cela a séduit les peintres. Et l’autre raison, est la suivante ; la seule ligne  ferroviaire qui permettait aux peintres de découvrir la mer, sujet de prédilection des Impressionnistes, c’était la ligneParis, Rouen Le Havre. Tous ces peintres étaient des marginaux, sans argent, et l’accès le plus aisé à la mer, le plus direct de Paris, c’était la Normandie. Sans oublier qu’à cette époque, on découvre la peinture en tube, et qu’il est enfin possible de peindre, là où on se pose, en extérieur. La première exposition qui va réunir des œuvres du monde entier, aura lieu de juin à septembre, en Normandie, et le guide permettra de localiser tous ces lieux, de manière pratique.

Vous faites également référence à une expo qui a encore une résonnance aujourd’hui,  le salon des Refusés de 1863 à Paris ?

 Ce fut le point d’ancrage de l’Impressionnisme ; on a refusé un tas d’œuvres qui ne correspondaient pas à l’académisme de l’école, en vogue à ce moment-là. Il y a une sorte de sécession dans la peinture, et l’Impressionnisme est né, dans ces années 1860.

 Monet vous fait oublier le bord de mer, pour Rouen ?

Oui parce qu’il a peint dix-sept façades de la Cathédrale de Rouen . Et bizarrement du même endroit, du magasin Lévy, une boutique de sous-vêtements féminins. Et la petite anecdote raconte  que pour isoler Monet des jeunes dames, qui venaient essayer de la lingerie, on avait installé un paravent.  Le lieu existe toujours, il abrite l’Office du Tourisme, et le directeur que j’ai rencontré pour écrire ce livre, m’a confié, que l’on avait retrouvé ce paravent, avec un petit trou, par lequel Monet observait les dames. Voilà pour l’anecdote.


Une balade qui s’étend de Fécamp et  Dieppe, jusqu’à Honfleur, Trouville, Deauville, par la côte Fleurie. Une magnifique destination pour l’été, à réaliser avec le guide qui donne plein d’infos pratiques : les restaurants, les expos, les maisons d’artistes, les balades…

Christine Pinchart

Le guide "La Normandie des Impressionnistes", dans la collection Guide du Routard 2010, est publié chez Hachette.