L'ironie du peintre Paul Klee à l'honneur à Pompidou

"Insula dulcamara"
6 images
"Insula dulcamara" - © Zentrum Paul Klee, Berne

Du 6 avril au 1er août 2016, le centre Pompidou rend hommage au peintre Paul Klee à travers l'exposition "Paul Klee, l'ironie à l'œuvre", la première rétrospective de cette envergure dans l'Hexagone depuis celle de 1969, présentée au musée national d'Art moderne à Paris.

Au total, près de 230 œuvres signées du peintre allemand Paul Klee seront exposées, issues majoritairement du Zentrum Paul Klee à Berne. La rétrospective vise à mettre en lumière l'ironie de l'artiste dans son travail. Une notion qui serait à chercher dans le romantisme du pays natal de Klee, que l'on retrouve notamment dans l'une de ses figures, le philosophe Friedrich Schlegel.

Pour ce faire, "Paul Klee, l'ironie à l'œuvre" sera divisée en sept parties. Chacune d'entre elles se chargera de mettre en valeur les différentes étapes artistiques du créateur.

La première évoquera naturellement ses premières années d'artiste, où le jeune homme s'est confronté à la culture antique et à la Renaissance en Italie. Face à ses deux monuments de l'art, qu'il est condamné à reproduire en tant qu'artiste, il prend le chemin de la satire. Il s'essaie aussi à cette époque à des expérimentations comme la peinture sous verre. Vient ensuite sa découverte du cubisme dans les années 1910. Après la Première Guerre mondiale, il intègre des figures mécanisées à son œuvre, inspirée par son vécu dans l'aviation.

Dans les années 1920, il s'imprègne de l'école d'art et architecture du Bauhaus et du modernisme ambiant en ajoutant grilles et carrés à son travail. Il s'inspire par la suite des civilisations anciennes comme celles de l'Egypte ancienne. Il va même jusqu'à puiser dans la préhistoire en faisant intervenir fossiles, cavernes et pierres sacrées dans ses créations.

Les visiteurs pourront découvrir une séquence consacrée à la relation qu'entretenait le peintre avec une autre figure de la peinture du XXe siècle : Pablo Picasso.

Enfin, la septième et dernière partie mettra en lumière les dernières années de la vie du peintre, où l'arrivée au pouvoir du nazisme met un terme à sa carrière dans son pays natal, en proie à la maladie.

"Paul Klee, l'ironie à l'œuvre" du 6 avril au 1er août 2016 au centre Pompidou à Paris.

Renseignements : www.centrepompidou.fr